Résultats de votre recherche

Déclaration

Posté par Issoufou le 22 juillet 2011

Déclaration
Militantes, Militants, Sympathisantes et Sympathisants du MPN-MATASSA

Cette déclaration fait suite au refus du Président Provisoire du MPN-MATASSA en la personne du Camarade Abdoulaye Sanda Maïga au retour à l’ordre statutaire et réglementaire des textes du parti, en dépits des multiples tentatives de conciliation et de retour au respect des textes fondamentaux que nous nous sommes librement donnés.

En effet, le MPN-MATASSA vit depuis un certain temps une crise interne chaotique voir même dramatique du seul fait que le Président Provisoire du Bureau Politique National, à travers son comportement et ses agissements qui à tout entendement, compromettant ainsi l’idéal que se sont fixés les membres fondateurs d’une part et l’ensemble des membres adhérant et sympathisants d’autre part.

Ainsi, pour palier à cette situation indélicate interne une commission d’arbitrage et de conciliation a été mise en place conformément au règlement intérieur de notre parti SECTION 2 : LA COMMISSION D’ARBITRAGE ET DE CONCILIATION en son Article 88 Qui stipule : la commission d’arbitrage et conciliation est chargée du règlement des litiges nés au sein du Parti. En outre, elle est obligatoirement saisie avant toute décision d’exclusion de membres des organes nationaux, régionaux et sous-régionaux du Parti. Elle est présidée par un bureau comprenant un Président, un Vice-président et deux Rapporteurs. La Commission Nationale d’Arbitrage et de Conciliation fait rapport au Congrès sur l’ensemble de ses activités. Elle fait rapport de ses activités au Bureau Politique National.

Tout cela dans le seul souci de résoudre les problèmes internes que vivent notre parti, hélas que toutes les rencontres perpétrées ça et là par la dite commission n’ont conduit à aucune situation favorable au retour au calme, à la sérénité et au respect des textes fondamentaux au sein de notre structure politique.

Militantes, Militants, Sympathisantes et Sympathisants du MPN-MATASSA

- Vu le refus du Président provisoire de coopérer pour un retour à l’ordre statuaire et réglementaire en dépits des griefs qui lui sont reprochés,
- Vu les violations flagrantes des textes du parti,
- Vu les prises de décisions sans consultation ni information perpétré ça et là par le président provisoire,
- Vu le détournement des biens matériels et financiers du parti par le Président et son acolyte Mahamane Moutari dit Docteur.

Le Bureau Régional de Niamey Constate :
1- Que le fondement de la crise actuel réside dans notre participation aux élections anti constitutionnelle, du seul fait de la volonté du président et aussi de ses intérêts compromis à travers le redressement fiscal qui lui avait été fait en ce temps.
2- De la violation des textes du parti en ses articles 6, 64, 65, 88, 102 et 118 des textes réglementaire et statutaire.
3- Du refus catégorique du président provisoire de coopérer pour un retour à l’ordre statutaire.

Au vu de tout ce qui précèdent, le Bureau Régional de Niamey du MPN-MATASSA après plusieurs rencontres avec les structures de bases (Sections et Sous-section régionales de Niamey) décida de la convocation d’une assemblée générale dans toutes les structures du parti sur tout l’étendu du territoire Nigérien en vu d’apprécier le comportement du Président Provisoire face aux textes fondamentaux du parti.

Suivant la requête du Bureau Régional de Niamey en vu de l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire au sein de toutes les structures sur tout l’étendu du territoire nigérien, il en ressort des procès verbaux des différentes structures ce qui suit :

1- Le renvoi catégorique et sans retour de toutes les structures du parti du Président provisoire et de son acolyte aux personnes de Mr Abdoulaye Sanda Maïga et de Mr Moutari Mahamane communément appelé Docteur.

2- Le Bureau Régional de Niamey attire l’attention de tous ses militants (es), et sympatisants (es) de ne recevoir aucun ordre venant de ses individus c’est a dire Abdoulaye Sanda Maïga et Mahamane Moutari.

3- Le Bureau Régional de Niamey exhorte ses Membres, militants (es) et sympathisants (es) de toutes les structures du parti à redoubler d’efforts dans la lutte démocratique que nous nous sommes assignés.

4- Le Bureau Régional de Niamey du MPN-MATASSA attire l’attention de l’autorité dirigeante que les deux individus énumérés ci-haut n’agissent plus au nom du MPN-MATASSA, par conséquent une commission politique dirigeante veillera à la gestion du parti jusqu’au congrès qui sera convoqué dans les prochains jours à venir.

5- Le Bureau Régional de Niamey par sa voix et celles de toutes ces militantes et militants, sympathisantes et sympathisants réitère son attachement et toute sa confiance au PNDS TARAYYA, et exhorte ce dernier à respecter les clauses de notre partenariat et ne plus prendre en considération les requêtes émises par Abdoulaye Sanda Maïga et Mahamane Moutari dit Docteur au Nom du MPN-MATASSA.

Le Bureau Régional de Niamey, félicite et encourage Son excellence Mr Mahamadou Issoufou dans toutes ses activités déjà entreprises et l’encourage et le soutien pour les futures activités à venir.

En fin le Bureau Régional de Niamey attire l’attention de tous ses militantes et militants, sympathisantes et sympathisants de se mobiliser patriotiquement pour relever les défis du millénaire dans une démocratie noble et apaisée.

Signé
Président Régional par Intérim
Tahirou Abdou Issoufou

Ampliation :
- Officie National de la Communication
- Bureau Politique National Provisoire
- Partis Politique allies du MPN-MATASSA
- Media Publique et Privées

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Anniversaire MPN-MATASSA

Posté par Issoufou le 6 août 2010

A l’occasion de son deuxième Anniversaire, le Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA) vous invite à participer massivement le Dimanche 08 Aout 2010 à Djado Sékou aux manifestations qu’ils organisent. Vive le Niger, vive la Jeunesse.

Chers (es)

Il est grand temps que la Jeunesse Nigerienne prenne le devant de la scene politique. evitons les pensees negatives, et donnons place au dialogue, a la concertation entre jeunes fils et jeunes filles du Niger pour porter haut le flambeau de developpement de notre chere mere nation le Niger.

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Condoléances

Posté par Issoufou le 18 juin 2009

Le  MPN-MATASSA par la voix de son président Son Excellence Abdoulaye Sanda Maiga présente ses condéléances les plus attristées à la famille de Amadou Moumouni Djermakoye qui nous a prematurement quitté sur le champs de bataille. 

patriote, d’un nationaliste convaincu, d’un apôtre de la paix, de la justice, de la démocratie et de la concorde entre toutes les filles et tous les fils du Niger. La Nation nigérienne retiendra surtout de toi, un homme qui, jusqu’à son dernier souffle, a inlassablement œuvré pour le « CONSENSUS » ; cette notion philosophique, politique et diplomatique, qui a fini par se confondre avec ta personnalité et à travers laquelle ton ambition était de toujours rapprocher les Nigériens, même lorsque des divergences profondes de points de vues et d’approches arrivaient à les opposer.

cette mort nous a tous  bouleversé comme elle a bouleversé tous les Nigeriens et tous les défenseurs de la Democratie.

Dans l’épreuve tragique qui vous accable, nous souhaitons vous adresser nos condoléances les plus sincères et les plus attristées ainsi que l’hommage de nos profonds respects à la mémoire de Adamou Moumouni Djermakoye.

 

 »Que la terre Nigérienne lui soit légère et qu’Allah le Tout Puissant le Miséricordieux l’accepte dans son Paradis.  »

 AMINE SOUMA AMINE

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Encouragement d’un Patriote

Posté par Issoufou le 16 mars 2009

Membres de MPN MATASSA !
Compliments éminents pour cette initiative ; Je crois qu’avec ce parti, la jeunesse se bifurquera vers la politique, pour défendre ses intérêts.
J’avoue sincèrement : Rien de honteux, que d’être dans un pays étranger, où l’on ne connaît votre pays d’origine, que sur le plan sous alimentation ou famine.
Rien de grave, que de voir des élites compatriotes, ayant des idées riches à l’extérieur, mais qui, de retour au pays, s’adonnent à des pratiques de corruption ou de machinations à l’encontre des plus intègres.
Ainsi je vous conseille plus de sensibilisations, pour qu’on aime notre pays, en le faisant grandir, et non pas en l’anéantissant !
De croire en ce que nous pouvons faire, non pas ce qu’on peut faire pour nous !
N’attendons quiconque pour nous sortir de situation, surtout pas l’Etat ; d’autant plus que c’est nous, qui avions crée l’Etat !
Et c’est nous seuls, qui pouvons le soigner de ses afflictions !
Faites en à ce qu’on devienne une nation !
Tout un chacun peut apporter une part de changement et ensemble nous feront des exploits !
Comme l’avait affirmé le philologue français et historien RENAN ERNEST, lors d’un discours à Sorbonne, le 11 mars 1882 :
< < La nation est le sentiment d’avoir un passé commun et un avenir à construire ensemble !
L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni des cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes.
Une grande agrégation d’hommes saine d’esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale qui s’appelle une nation ! >>
Quelle que soit notre situation géographique ou quelle que soit notre situation économique, faisons avec nos moyens et travaillons à bout pour relever certains défis !
Courage MATASSA !
Vive le NIGER !

Abdoulaye Mamoudou Khaled
Etudiant Nigérien en Tunisie

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Le président du MPN Matassa s’exprime à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse africaine: Abdoulaye Sanda Maïga prône le changement

Posté par Issoufou le 5 janvier 2009

Le président du parti MPN Matassa, Abdoulaye Sanda Maïga fait partie des leaders les plus jeunes de notre pays. Entrepreneur plein d’initiatives, le nouveau venu dans l’arène politique nigérien se montre très virulent. Il propose le changement.

 

Question :Vous êtes le président du parti nigérien MPN Matassa dit parti de la jeunesse. Comment avezvous fêté le 1er novembre, journée africaine de la jeunesse ?

 

Aboulaye Maïga:Au niveau du MPN Matassa nous n’avons pas fait d’activités proprement dites. Mais nous disons que cette journée du 1er novembre est venue à point nommé, surtout dans cette période de changement qui souffle à travers le monde entier, mais qui ne souffle pas au Niger. Nous souhaitons vivement le changement pour notre pays surtout qu’en 2009, ce sera les échéances électorales. Faire un changement, sous entend qu’il faut le faire avec la jeunesse, parce que cette dernière souffre de plusieurs mots que nous tenons a citer ici les plus importants : d’abord le manque d’emplois, ensuite le manque d’insertion au niveau de l’appareil politique. A ce niveau, nous pouvons dire que c’est de « l’apartheid » sur le plan de l’âge qu’on fait à la jeunesse. Enfin, il y a un manque d’intérêt pour la jeunesse et une banalisation, une infantilisation de la jeunesse nigérienne. Chez nous, il faut avoir 60 ou 70 ans pour espérer président de la république ou ministre parce qu’on pense que c’est à cet âge que l’homme a acquis suffisamment d’expérience.

 

Question : Vous avez une alternative pour le jeunesse nigérienne ?

 

Réponse : la seule alternative pour la jeunesse au Niger est qu’à partir de 2009 elle puisse participer aux décisions qui seront prises au niveau politique. Autrement dit, il faut que la jeunesse soit le fer de lance de toutes les décisions au Niger, pas qu’on les associe entant que personnes ressources, mais en tant que vrais acteurs. En tant que jeunes, nous avions longtemps été spectateurs. Il est temps que les choses changent.

 

Question : Quelle conception avezvous de la révolution au niveau du MPN Matassa?

 

Réponse : nous pensons que nous devons faire de la révolution dans la démocratie. Nous ne sommes pas un parti révolutionnaire en tant que tel dans la conception de la révolution tel que le faisaient comme Ché Guévara ou le président Fidel Castro. Nous sommes d’accord avec la démocratie ; nous sommes des démocrates. Seulement, c’est dans cette démocratie que nous voulons faire de la révolution. Nous entendons contribuer à un changement radical de personnes et de système. Comme le disait un grand homme, « si vous affrontez les défis de demain avec les méthodes d’hier, vous avez les problèmes d’aujourd’hui ». Au Niger, nous avons certains problèmes qui persistent parce que ce sont les mêmes personnes qui nous gèrent depuis 1960. Ces gens n’ont pas la nouvelle conception du 21ème siècle, un siècle qui est là avec ses problèmes particuliers. Par conséquent ils ne peuvent plus rien gérer.

 

Question : Vous avez un appel à l’endroit de la jeunesse ?

 

Réponse : Notre appel va à l’endroit de tous les nigériens car s’il y’a changement, ça concernera tout le monde. Au fait, ce que nous appellons Matasa ce n’est même pas tout à fait la jeunesse. C’est un terme Hausa employé pour qualifier ce qui est montant. Un vieux qui n’a pas fait beaucoup de choses il y a 10 ans ou 20 ans et qui aujourd’hui commence à monter peut aussi être ap- Le président du MPN Matassa s’exprime à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse africaine Abdoulaye Sanda Maïga prône le changement Le président du parti MPN Matassa, Abdoulaye Sanda Maïga fait partie des leaders les plus jeunes de notre pays. Entrepreneur plein d’initiatives, le nouveau venu dans l’arène politique nigérien se montre très virulent. Il propose le changement. pelé Matasa. La preuve, c’est que nous n’avons pas que des jeunes dans notre pays. (Le président de notre section de Gaya a 65 ans). Pour conclure je dirais que la jeunesse doit se battre car elle a aussi sa part de responsabilité dans la vie de la nation.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

BONNE FETE DE RAMADAM

Posté par Issoufou le 9 octobre 2008

sandamaiga.jpg

Au moment où s’achève le mois béni du Ramadan, il m’est particulièrement agréable de souhaiter une Bonne Fête de l’Aïd El-Fitr à la Communauté Musulmane du NIGER, à tous les sympatisants (es), militants(es), partisans(nes) du MPN-MATASSA,  ainsi qu’à tous les Peuples de la Oummah islamique.

La Fête du Ramadan est un événement majeur du calendrier musulman. Elle couronne un mois de Jeûne, de Piété, de Partage et de Pardon. Cette année, l’Aïd El-Fitr est célébré au cœur du Mois de la Solidarité, cet autre moment d’altruisme caractéristique des valeurs de société de notre pays.

Je me réjouis de cette coïncidence heureuse, et adresse mes salutations les plus cordiales aux personnes physiques et morales, qui ont eu à manifester un élan du cœur à l’endroit des plus démunis de nos compatriotes.

Par la même occasion, j’adresse mes sincères remerciements à l’ensemble des Imams et Erudits de notre pays pour leurs Prêches et les Prières formulées pour la Nation.

Je rends Grâce à Allah, Le Tout-Puissant et Le Miséricordieux, pour avoir permis à notre Pays de célébrer l’Aïd El-Fitr dans la Concorde et la communion.

Je forme le vœu ardent d’un retour rapide de la paix dans le Nord du Niger et dans tous les Foyers de tension en Afrique et dans le Monde, et prie Dieu afin qu’Il Gratifie d’une meilleure Santé toutes les personnes qui souffrent de maladie.

Bonne Fête de l’Aïd El-Fitr à toutes et à tous !

Le Président du MPN-MATASSA

M. Abdoulaye Sanda Maïga.


Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

PROGRAMME D’ACTION

Posté par Issoufou le 14 septembre 2008

Préambule

Les pays africains en général, et le Niger en particulier, semblent encore marqués, après près d’un demi-siècle d’indépendance, par une certaine inhibition politique, intellectuelle, économique et culturelle. Les mêmes dirigeants accaparent les pouvoirs et féodalisent les démocraties ; les énergies créatrices et l’esprit d’entreprise sont claustrés ; la participation des femmes, des jeunes et des enfants demeure un vain mot ; la vie publique et la gouvernance locale restent marquées par l’absence de professionnalisme, le faible rendement, le culte de la personnalité, la culture du “partage du gâteau”, etc…

L’engagement sacré de relever ces défis est au cœur de la création du Mouvement Patriotique Nigérien (MPN-MATASSA). Le MPN-MATASSA est la traduction déterminée de la volonté farouche et inébranlable de patriotes nigériennes et nigériens de construire un Niger UN, UNI, INDIVISIBLE, EMERGEANT et RAYONNANT dans une Afrique intégrée, où la dignité humaine, l’indépendance politique et l’émancipation économique sont effectives. En effet, il n’y a de salut pour les africaines et les africains en général, et pour les nigériennes et les nigériens en particulier, en dehors de l’Union de toutes les forces réformatrice autour des aspirations unanimes de nos Peuples. C’est ainsi seulement que le Niger retrouvera son équilibre moral et social et donnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Le MPN-MATASSA rassemble de façon volontaire et libre des nigériennes et des nigériens, engagés à contribuer, dans une démocratie apaisée, aux valeurs suivantes :

·        Le patriotisme

·        La dignité humaine

·        Le travail libérateur

·        La culture de l’excellence

·        La rigueur et l’intégrité

·        La solidarité agissante

·        La promotion de la jeunesse

Par définition, le MPN-MATASSA se démarque de certaines idées rétrogrades et combattra les phénomènes qui inhibent l’esprit créateur et les énergies positives, altèrent la morale sociale, portent atteinte à la dignité humaine, pervertissent la démocratie et confisquent la souveraineté du peuple. Ces tares se manifestent, et parfois se cachent, à travers :

·        Le clanisme, le régionalisme et l’ethnocentrisme ;

·        La culture de la dépendance, de l’assistanat permanent et de l’extraversion ;

·        La démagogie ;

·        La dévalorisation de soi, du potentiel national ;

·        Le faible rendement dans le travail et la production en général, la médiocrité ;

·        Les passe-droits, la corruption, l’absence de transparence et l’injustice.

Le MPN-MATASSA s’attachera à initier, promouvoir, développer et améliorer constamment les conditions dans lesquelles, la nigérienne et le nigérien, convaincus et pénétrés de patriotisme, pourront librement et en claire conscience s’affirmer et contribuer ainsi à la construction nationale et africaine. Autant ils exerceront tous les droits reconnus, autant ils devront accomplir leurs devoirs à l’égard du Niger, de son Peuple et de sa Nation.

Pour exercer ces droits et accomplir ces devoirs, le MPN –MATASSA affirme que le cadre démocratique, la forme républicaine de l’Etat et son caractère laïc, la souveraineté du Peuple nigérien, l’intégrité du territoire national et l’obligation sacrée pour chaque fille et chaque fils de défendre ces principes, constitue le cadre approprié permettant à la nigérienne et au nigérien de se réaliser pleinement. Le rôle de l’Etat sera alors de garantir et de respecter les initiatives individuelles et collectives, de défendre l’intérêt général et le bien public, et de veiller à l’équilibre et à la régulation des forces sociales, économiques et politiques.

Dans cette optique, le programme d’action du MPN-MATASSA poursuivra les objectifs suivants :

·        Exigence chez toutes les militantes et tous les militants du patriotisme (le Niger d’abord) et de la probité (morale sociale, honnêteté, respect des règles, justice) ;

·        Valorisation du travail, de l’effort propre, de la contribution individuelle et collective à la réalisation de soi et de la société

·        Culture partout et à tous les instants de l’excellence, de la compétence, et de la qualité sans cesse améliorés ;

·        Promotion et célébration de la rigueur, du mérite, et de la compétitivité ;

·        Organisation de la solidarité, de l’aide et du secours par l’effort national ;

·        Politiques spécifiques proactives envers les enfants, les jeunes et les femmes ;

·        Promotion de la transparence totale (contrôle citoyen de l’action publique) dans les affaires publiques, de la bonne gouvernance ;

·        Défense de la démocratie, de l’Etat de droit, de l’unité et de l’indépendance nationale, et de l’intégrité territoriale ;

·        Intégration sous-régionale, régionale et continentale aux niveaux politiques et économiques ;

·        Promotion de la coopération et de l’amitié entre les peuples ;

·        Etablissement et maintien de la paix dans le monde.


Les orientations générales du programme d’action du MPN-MATASSA

 

·        l’indépendance et la totale souveraineté nationales dans une parfaite intelligence avec l’intégration sous régionale, régionale et continentale ;

·        la formation des nigériennes et des nigériens afin de développer leur conscience politique et leur esprit créatif, d’assurer leur mobilisation et participation à la construction nationale et africaine, et de contribuer de façon éclairée à l’édification d’un monde solidaire ;

·        la promotion de la démocratie participative et de la décentralisation effective dans un esprit qui sauvegarde l’intégrité territoriale du Niger, la cohésion de ses fils et filles et l’unité nationale, le plein développement des talents et potentialités au niveau local

·        la mise en œuvre d’une vision de développement débarrassée de tendances défaitiste, complexée, et arriérée, résolument tournée vers le patriotisme, le travail, le culte de l’excellence,  le bien-être et la solidarité ;

·        la bonne gouvernance et la promotion du contrôle citoyen de l’action publique ;

·        la culture de la non violence et de la paix ;

·        le développement d’une meilleure participation et responsabilisation des femmes, des enfants et des jeunes par la promotion et la protection de leurs droits.

Sur le plan politique et institutionnel

Sur le plan social et culturel

Sur le plan économique

Les priorités du programme d’action du MPN-MATASSA

CHAPITRE I – LES GRANDES ORIENTATIONS DU PROGRAMME  D’ACTION DU MOUVEMENT DES PATRIOTES NIGERIENS (M.P.N-MATASSA)

       Ouvert à tous les citoyens animés du même idéal patriotique, le Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA) détermine la politique générale du pays qui demeure le cadre de référence idéologique et la source fondamentale de cette politique. Pour y parvenir le Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA) met en interaction les forces sociales productives dont la dynamique interne peut modifier profondément le système économique et sociopolitique nigérien.

          Le Mouvement des Patriotes Nigériens, par la consultation, la concertation et la participation, s’engage à amener tous les citoyens à prendre une part  active dans la gestion des affaires publiques  

          Il s’agit d’organiser et de mobiliser les forces sociales au sein des organes du Mouvement, qui constituent les cadres propices à l’épanouissement des potentialités individuelles et collectives.

1.     Au plan politique

L’objectif premier du Mouvement des Patriotes Nigériens est la réalisation d’une démocratie véritable, complète et une alternance effective. Il s’agit d’aboutir à une participation populaire la plus large et la plus effective possible. Pour cela, l’instauration d’un dialogue égalitaire s’impose entre toutes les catégories sociales.

Les organes  du Mouvement des Patriotes Nigériens à tous les niveaux doivent s’attacher à développer la dynamique sociale indispensable à la réalisation des objectifs suivants :

-         La consolidation de l’unité nationale par une lutte acharnée contre les velléités de régionaliste ou de racisme, d’intolérance religieuse, de manifestation des clans ou d’idéologie de partition. Le Mouvement des Patriotes Nigériens veillera donc à ce que chaque Nigérien quels que soient son origine, son sexe, son lieu de résidence ou ses convictions philosophique et religieuse, accède avec le maximum de chances à un épanouissement harmonieux de son être par une jouissance complète de ses droits et dans l’accomplissement de ses devoirs ;

-         L’instauration de la justice sociale, c’est-à-dire le respect par chacun de ses obligations de citoyen appartenant à la même entité Nationale. La justice Sociale implique légalité de tous devant la loi, l’accès aux libertés fondamentales individuelles et collectives, l’égalité des chances pour chacun et pour tous et en particulier pour les couches les plus défavorisées ;

-         La mise en œuvre d’une politique de mobilisation de l’ensemble de la Jeunesse Nigérienne en vue de sa pleine participation à l’édification nationale ;

-         La promotion et la responsabilisation de la Femme Nigérienne afin de lui permettre de réaliser ces aspirations légitimes dans le cadre de la construction nationale ;

-         Le développement d’une politique cohérente de promotion des travailleurs dans le cadre d’une participation responsable et l’instauration d’un dialogue permanent entre partenaires sociaux ;

-         L’intégration des forces de défenses et de sécurités à la vie politique et administratives, sociale et culturelle du pays.

La réalisation de ces objectifs politiques majeurs se fera à travers les structures de participation : les structures des jeunes, les Associations féminines et les autres organisations socioprofessionnelles.

          Les Institutions de l’Etat garantiront la pérennité de cette politique.

          Le Mouvement des Patriotes Nigériens, pour réaliser ces objectifs et créer une dynamique permanente d’action¸ doit constamment adapter ces structures aux mutations qui affectent la Société Nigérienne.

          Il le fera à travers

-         Un choix judicieux des hommes au moment des élections à tous les niveaux ;

-         Un programme extensif de formation politique de ses membres ;

-         L’expression plurielle des opinions et des sensibilités idéologiques en son sein ;

-         La promotion de la jeunesse à tous les niveaux.

2.  Au plan du développement

          Pays enclavé, le NIGER, en dépit des efforts accomplis depuis l’indépendance, continue de subir des contraintes multiples qui constituent pour lui autant de défis majeurs à relever. Il s’agit principalement :

-         des aléas climatiques qui rendent plus aigue la fragilité de notre système agro-pastoral et accentuent la précarité de notre équilibre alimentaire ;

-         de l’enclavement du pays et des distances qui grèvent considérablement nos coûts de production ;

-         de la domination de notre économie par le marché international ;

-         de l’influence négative de certains apports culturels externes sur notre jeunesse.

Face à cette situation, le Mouvement des Patriotes Nigériens, s’attachera, à  travers une analyse objective, à déceler les survivances néfastes du passé et à mettre en œuvre les mesures propres à enrayer leurs manifestations.

Dans cette perspective,  le Programme d’Action du Mouvement

Des Patriotes Nigériens sera fondé sur la reconnaissance du postulat fondamental suivant :

-         que le développement bien compris ne saurait être imposé, encore moins réalisé de l’extérieur ;

-          et que la formation des hommes et la reconversion des mentalités constituent des facteurs déterminant d’un développement national accéléré et cohérent ;

-         Que la promotion de la jeunesse soit une priorité ;

-         Que l’adéquation poste profil soit rigoureusement respectée.

Au-delà, le Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA), à travers la mise en œuvre de stratégies et méthodes de développement vise en priorité la  satisfaction des besoins fondamentaux de l’homme: alimentation, santé, éducation, culture, travail et habitat décent.

          Ces stratégies intégreront également notre politique en matière de coopération internationale qui aura entre autres finalités :

-         le respect de la dignité et la défense des intérêts du peuple ;

-         l’affirmation et la souveraineté nationale sur nos ressources dont l’exploitation devra servir en priorité, à la satisfaction des besoins du peuple ;

-         la suppression de toute forme de domination économique ;

-         l’établissement avec tous les peuples épris de paix, de relations d’amitié et de coopération mutuellement avantageuses.

Dans un autre secteur, les organes du Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA), en relation avec les structures de l’état participeront à la réalisation de la reforme administrative.

          En effet, pour assurer correctement ses tâches, l’administration publique doit, au-delà de la gestion des affaires, être une véritable administration du développement. Elle le fera par l’instauration d’une éthique nouvelle, avec un personnel compétent, dévoué et soucieux du service public.

          Le Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA) donnera l’impulsion nécessaire à ses réformes dans le respect rigoureux des droits des populations dont l’initiative et la créativité seront en permanences encouragées et soutenues

          Telles sont  les grandes orientations du Programme d’Action que le Mouvement des Patriotes Nigériens devra mettre en œuvre.

CHAPITRE II – LES PRIORITES DU PROGRAMME D’ACTION DU MOUVEMENT DES PATRIOTES NIGERIENS (MPN-MATASSA)

A-      LE  DEVELOPPEMENT DURABLE

Dans les actions à entreprendre par le Mouvement des Patriotes Nigériens, priorité absolue sera accordée au monde rural qui occupe près de 90% de la population nigérienne et plus de 75% de la population active.

Dans cet esprit les organes du MPN-MATASSA à tous les niveaux en rapport avec les institutions de développent et avec les services techniques et administratifs, veilleront :

-         à rechercher l’accroissement substantiel des productions agro-pastorales afin de parvenir à l’autosuffisance alimentaire ;

-         à entreprendre des actions décisives de sauvegarde de notre  environnement par :

·        la lutte contre la désertification ;

·        la maîtrise de l’eau ;

·        la gestion rationnelle des systèmes pastoraux ;

·        la mise en œuvre d’une politique forestière foncière et énergétique conséquentes.

En outre, une institution de CREDIT AGRICOLE sera la mise en place et des actions de formation à l’endroit du monde rural seront développées.

Les objectifs spécifiques à atteindre dans le secteur sont :

1.     Dans le domaine de l’Agriculture :

-         mettre en valeur de nouvelles possibilités d’exploitation par des aménagements hydro agricoles au bord du fleuve, dans les vallées de bas-fonds, autour des marres permanentes et semi-permanente et des forages à grand débit ;

-         réaliser le retour des jeunes à la terre

-         réaliser l’autosuffisance alimentaire au plan national ;

-         conquérir le marché intérieur des céréales, limités les importations et rémunérer à leur juste valeur les produits agricoles ;

-         augmenter la contribution des activités de cultures végétales au produit intérieur brut (PIB)

2.     Dans le domaine des Ressources Animales

-         améliorer la santé du cheptel par une extension de la couverture vaccinale ;

-         vulgariser l’utilisation des médicaments par la multiplication des pharmacies vétérinaires ;

-         dynamiser  les Associations Coopératives pastorales et accélérer la formation des éleveurs en matière de gestion des espaces pastoraux, et de commercialisation du cheptel

-         mettre en place un CREDIT PASTORAL ;

-         mettre en œuvre des mesures susceptible d’accroître l’exploitation rationnelle des ressources halieutiques ;

-         augmenter la contribution de l’élevage au PIB

 Dans le domaine de l’hydraulique

-         s’assurer que chaque Citoyen dispose d’au moins vingt cinq (25) litres d’eau potable par jour ce qui implique l’implantation d’un point d’eau moderne pour 250 habitants

-         développer des techniques simples de maîtrises de l’eau de souterraine à accès facile et procéder à leur vulgarisation extensive ;

-         aboutir à une baisse du prix de l’eau dans les centres urbains

-         s’assurer en matière d’hydraulique pastorale de la disponibilité des quarante (40) litres d’eau au moins par unité du bétail (U.B.T.) sur l’ensemble de la zone.

3.     Dans le domaine de la lutte contre le Désertification :

-         sensibiliser et mobiliser  les populations en vue de leur participation aux actions permanentes de lutte contre la désertification ;

-         augmenter le nombre de forêts classées ;

-         faire créer par chaque comité de base du Mouvement des Patriotes Nigériens un bois intitulé « Bois de la jeunesse ».

La priorité accordée au développement rural et la réalisation des objectifs ci-dessus définis impliquent que es ressources financières, en particulier celles tirées de nos richesses minérales et de notre industrie, soient réservées en premier lieu au développement  du secteur.

B-      LE DEVELOPPEMENT SOCIAL

Dans l’ordre des priorités, le développement du secteur social occupera une place de choix dans le programme du Mouvement des Patriotes Nigériens.

L’éducation et la formation, la santé, la démographie, l’emploi et l’habitat constitueront les principales préoccupations des organes du Mouvement,  tous les niveaux.

          Les objectifs spécifiques à réaliser dans le secteur sont :

1.     Dans le domaine de l’Education et de la Formation 

-         assurer la démocratisation de l’enseignement notamment par l’utilisation des langues nationales ;

-         prendre des mesures pour rendre obligatoire l’enseignement de base ;

-         amener les parents à assumer leur pleine responsabilité dans l’éducation des enfants ;

-         ouvrir un centre d’alphabétisation dans chaque  village afin de réduire le taux d’analphabétisme   

-         procéder à une évaluation des différentes expériences menées dans le cadre de la réforme de l’enseignement en cours, en vue de statuer sur leur généralisation éventuelle ;

-         réorienter l’enseignement secondaire en y développant des filières techniques et professionnelles ;

-         adapter l’enseignement supérieur aux besoins de l’économie nationale ;

-         améliorer les conditions de  vie et de travail du corps enseignant

-         élaborer une politique cohérente de formation professionnelle et technique ;

-         mettre en œuvre un programme national de recherche scientifique orienté vers la résolution des problèmes spécifiques du pays en matière de développement.

2. Dans le domaine de la santé

- revaloriser le patrimoine médico – pharmaceutique national ;

- Redynamiser l’auto – encadrement sanitaire ;

- créer dans chaque canton au moins un Centre de Santé Intégré

- construire ou réhabilité des centres Hospitalier Régionaux en Hôpitaux Nationaux

- Réaliser l’effectivité dans chaque département et commune d’un Hôpital de District, comprenant une maternité, un centre de protection maternelle et infantile, un Centre de santé intégré et un bloc opératoire opérationnel.

- Intensifier la formation des cadres de la santé ainsi que leur spécialisation ;

- Affecter des médecins dans chaque circonscription médicale ;

-         Créer des centres sociaux dans chaque  commune et des centres de récupérations nutritionnelles dans arrondissement ;

-         intensifier les actions de prévention par :

·        le développement de l’éducation pour la santé ;

·        l’accroissement des activités d’hygiène et d’assainissement ;

·        l’extension de la couverture vaccinale pour les principales maladies infantiles ;

-         Poursuivre la politique de baisse de prix des produits  pharmaceutiques et améliorer le circuit de distribution des médicaments.

3. Dans le domaine de la Démographie :

Les résultats provisoires du  Recensement Général de la Population effectué en 1988, font apparaître un aux de croissance démographique annuel de 3,3%. Une telle évolution pose le problème de l’adéquation des ressources nationales avec les besoins d’une population en croissance continue. Pour un développement harmonieux cohérent, il sera nécessaire d’envisager les mesures suivantes :

-         élaborer et appliquer une politique démographique basée sur l’espacement des naissances ;

-         étendre le programme de planification familiale à l’ensemble du pays et intensifier les actions de lutte contre la stérilité ;

-         prendre en considération les facteurs démographiques dans toutes les actions de planification du développement.

4. Dans le domaine de l’Emploi :

-         intensifier l’action de nigérisation effective des emplois dans tous les secteurs ;

-         accroître le taux moyen de progression de l’emploi dans la fonction publique ;

-         amener les secteurs privé et parapublic à accroître leur capacité d’embauche ;

-         inciter les jeunes à s’engager dans la production agricole en mettant à leur disposition des terres exploitables et de facilités de crédit ;

-         Faire respecter le droit à la retraite

-         Promouvoir l’initiative Privée et à la Création d’Emplois

-         améliorer les conditions de départ volontaire notamment par une améliorant des allocations et par une initiation des intéressés aux techniques de gestion ;

-         mettre en œuvre une politique d’investissements au profit d’industries créatrices d’emplois et à forte intensité de main d’œuvre ;

-         en un mot instituer dans le pays une POLITIQUE DE L’EMPLOI APPROPRIEE centré sur la jeunesse

4.     Dans le domaine de l’habitat :                                     

-         développer sur l’ensemble du territoire national un programme de construction de logements sociaux par la mobilisation des ressources financières internes et externes ;

-         réviser les modalités d’octroi du crédit logement et alléger la fiscalité dans le secteur afin de faciliter l’accès du logement ;

-         prendre des mesures en vue de trouver des solutions urgentes aux problèmes que pose l’urbanisation sauvage de nos villes ;

-         engager une politique amélioration de  l’habitat rural en mettant à la disposition des populations de nouveaux procédés déconstruction tout en valorisant l’architecture traditionnelle.

C – LES RESSOURCES MINERALES

     Les potentialités réelles de notre sous-sol en ressources minérales et le rôle déterminant que celles-ci doivent jouer dans notre développement en tant que facteur  d’accumulation interne, imposent que leur exploitation puisse assurer une meilleure intégration des différents secteurs de l’économie nationale. A cet effet, le MPN-MATASSA en relation avec les Institutions de l’Etat, s’appliquera à :

-         exercer effectivement un contrôle politique et économique sur le secteur minier ;

-         mettre en place des moyens institutionnels et structurels efficaces, des moyens financiers suffisants pour s’assurer que l’exploitation de nos ressources minérales reste rationnelle, diversifiée et guidée par le souci d’obtenir des prix justes et rémunérateurs réguliers à l’avantage du Pays.

Les objectifs spécifiques à atteindre sont :

-         mettre en exploitation les gisements de fer de SAY ;

-         intensifier l’exploitation des phosphates de TAHOUA ;

-         intensifier et améliorer l’exploitation de manière industrielle les gisements d’or ;

-         augmenter la production de l’uranium ;

-         intensifier la  recherche pour les autres minerais, platine, zinc, cobalt, pétrole, charbon notamment ;

-         réviser le cadre juridique et fiscal régissant l’ensemble du domaine minier.

D – LE DEVLOPPEMENT DES AUTRES SECTEURS DE L’ECONOMIE NATIONALE

     Les priorités du Programme d’Action du Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA) défini ci-dessus ne doivent en aucune façon occulter les autres activités que les organes du Mouvement devront impulser. En effet, le MPN-MATASSA  doit également mettre en  œuvre des mécanismes nouveaux en vue de dynamiser les autres secteurs de l’économie : l’artisanat, l’industrie, le commerce, les infrastructures de transport et de communication, l’énergie.

     Au stade actuel du développement de notre pays, l’artisanat doit constituer le lien entre les activités agricoles et Industrielles. La politique à mener par le MPN-MATASSA dans le secteur, portera  sur la valorisation de l’artisanat sous toutes ses formes: artisanat d’art, de métier et de fabrication préindustrielle. Il faudra également former les artisans et les organiser en corps de métier.

     En matière d’industrialisation, il s’agit de développer une industrie liée à l’agriculture, à l’élevage et aux mines. Dans cette perspective le MPN-MATASSA veille à ce que l’Etat aménage un environnement administratif  favorable, crée et organise un marché national et recherche une meilleure intégration aux marchés sous-régional et régional.

     Dans le domaine commercial le MPN-MATASSA s’attachera à promouvoir à l’intérieur, nos produis agricoles et industriels et à développer les échanges avec l’extérieur en vue de réaliser brève échéance les équilibres fondamentaux indispensables.

     En matière d’infrastructures modernes de transport et de Communication, le MPN-MATASSA en  rapport avec les Ministères concernés poursuivra les efforts considérables déjà consentis. De nouvelles possibilités de désenclavement doivent être recherchées dans les domaines de la navigation fluviale et maritime, des transports ferroviaires et aériens, de l’extension des réseaux de télécommunication.

     Le Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA) en rapport avec les organismes spécialisés de l’Etat, s’engage dans le domaine de la politique énergétique à concilier les besoins quotidiens et vitaux en bois de la population, et à satisfaire la demande des secteurs productifs. C’est pourquoi, les efforts devront tendre, à court, moyen et long termes, à explorer et développer notre potentiel, à travers des centrales hydro-électriques, thermiques, solaires et nucléaires notamment le barrage de Kandadji.

CONCLUSION

     Pour être  atteint, l’objectif de l’édification nationale doit être soutenu par une stratégie globale de développement basée sur le monde rural.

     Cet objectif requiert la planification de l’économie nationale ainsi que la participation responsable de tous les Nigériens à la recherche de solutions aux problèmes de développement.

     Pour réaliser l’ensemble de ce programme d’action le Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-MATASSA) doit mettre à la disposition de ses organes, les moyens financiers et les compétences humaines nécessaires. Cet impératif, le Mouvement des Patriotes Nigériens, l’assumera pleinement. Pour ce faire, il observera les principes suivants :

-         respecter l’identité culturelle de notre peuple et ses valeurs humaines, religieuses, morales, esthétiques et techniques ;

-         développer les instruments de la propagande afin de faire connaître à l’intérieur et à l’extérieur du Mouvement, l’action de celui-ci et les résultats obtenus ;

-         mettre en œuvre un programme de formation en vue de l’éducation politique et civique du militant.

La finalité du MOUVEMENT DES PATRIOTES NIGERIENS est de procurer à chaque Nigérien, le bien-être auquel il aspire.

Publié dans | Pas de Commentaires »

REGLEMENT INTERIEUR

Posté par Issoufou le 14 septembre 2008

TITRE I : DES PROCEDURES D’ADHESION ET DE DEMISSION

CHAPITRE 1er : DE L’ADHESION

Article Premier : Pour être membre du Parti, il faut :

- être citoyen nigérien ;

- jouir de ses droits civiques et politiques ;

- accepter les Statuts, le Règlement Intérieur, le Code électoral et le Programme du Parti ;

- posséder la carte de membre.

Article 2 : L’inscription au registre des membres du Parti est individuelle et s’effectue auprès des responsables du Comité de base du choix du postulant.

La déclaration d’adhésion s’effectue par l’inscription de l’identité, les date et lieu de naissance, la profession et l’adresse, et l’apposition de la signature du postulant dans le registre du Comité de base.

Article 3 : Le président du Comité de base établit à cet effet, au nom du postulant, une carte de membre comportant, outre les renseignements portés à l’article ci-dessus, un numéro d’ordre, le code de la région et la signature du président dudit Comité de Base.

La délivrance de la carte de membre est assujettie au paiement d’une somme dont le montant est fixé par le Bureau Politique National.

Article 4 : Chaque année, dans le courant du mois de février, chaque Comité de base est tenu de dresser la liste de ses adhérents qu’il communiquera à l’organe supérieur.

CHAPITRE 2 : DE LA DEMISSION

Article 5 : Le Parti reconnaît à tout membre le droit de démissionner du Parti ou de l’un de ses organes. Cette démission s’effectue par lettre adressée par l’intéressé au bureau de l’organe auquel il appartient.

Le bureau examine la demande de démission et se prononce dans un délai d’un  (1) mois. Passé ce délai, la démission est considérée comme acceptée.

Article 6 : Est aussi considéré comme démissionnaire tout militant qui aura adhéré à un autre parti. Le cas échéant, cette démission de fait sera constatée par le bureau du Comité de base dont relève le militant.

TITRE II : DE L’ELECTION ET DES ATTRIBUTIONS DES MEMBRES DES BUREAUX ET DES COMMISSIONS

Article 7 : Toutes les élections au sein du Parti sont régies par le Code électoral du Parti.

CHAPITRE 1er : DE L’ELECTION 

Article 8 : Tout candidat à un poste de responsabilité au sein du Parti doit être à jour de ses cotisations 

Article 9 : Les membres sont élus aux postes de responsabilité au scrutin uninominal et secret.

Les postes de responsabilité au sein du Parti peuvent être pourvus par consensus.

Article 10 : Les candidatures sont adressées à l’organe du collège électoral concerné, sauf pour l’élection du Président et du Secrétaire Général du Parti. Le collège fixe la date limite du dépôt de candidatures.

Article 11 : Le Bureau Politique National veille à la régularité des élections aussi bien en ce qui concerne l’éligibilité des candidats que le déroulement des opérations électorales.

Article 12 : L’Assemblée générale du Comité de Base, la Conférence de la Coordination villageoise ou de Quartier urbain, la Conférence communale, la Conférence départementale, la Conférence régionale, procèdent tous les cinq (5) ans, en présence de deux représentants des bureaux des instances supérieures respectives, au renouvellement de leurs bureaux.

Article 13 : Les procès-verbaux des réunions sont signés par le Président et le Secrétaire de séance. Une copie est adressée aux Bureaux des instances supérieures respectives.

Article 14 : Le Congrès procède tous les cinq (5) ans à l’investiture du Président et du Secrétaire général du Parti, des membres du Conseil National et ceux du Bureau Politique National.

Article 15 : La composition de chacun des bureaux est déterminée par les articles 55, 58, 61, 67, 72 et  79 des Statuts du Parti.

CHAPITRE 2 : Des Attributions 

SECTION I : : LES MEMBRES DU BUREAU DU COMITE DE BASE

Article 16 : Le Président est le premier responsable politique du Comité de Base. Il est chargé, au niveau du village, du quartier, du hameau ou du campement de :

-  veiller à l’exécution correcte par le Comité de Base des décisions et directives des instances supérieures ;

-  représenter le Comité de Base dans les actes de la vie civile et en particulier dans les affaires contentieuses ;

-  présider l’Assemblée Générale et les réunions du Bureau du Comité de Base ;

-  animer et encadrer les militants ;

-  entretenir la cohésion et l’entente entre les militants.

Il est l’ordonnateur des crédits du Comité de base.

Article 17 : Les Vice-présidents assistent le Président et le remplacent en cas d’absence ou d’empêchement, selon l’ordre de préséance.

Article 18 : Le Secrétaire Général est chargé de :

-  diriger le secrétariat permanent du Comité de base ;

-  préparer les réunions du Bureau ;

- coordonner les activités des différents Secrétariats politiques et des Structures de participation.

Article 19 : Le Secrétaire Général Adjoint assiste le Secrétaire Général et le remplace en cas d’absence ou d’empêchement.

Article 20 : Le Secrétaire à l’Organisation et à la Sécurité est chargé de :

-  organiser les réunions et manifestations au niveau du Comité de base;

-  préparer les visites des délégations des organes supérieurs du Parti au niveau du Comité de Base ;

-  organiser et assurer la sécurité des manifestations et réunions du Comité de Base ;

-  prévenir tout comportement ou toute attitude susceptible de troubler l’ordre.

Article 21 : Le Secrétaire chargé de la Jeunesse est chargé de :

-   promouvoir des activités de mobilisation de la jeunesse au niveau du Comité de base ;

-   susciter l’adhésion des jeunes au Parti ;

-   mettre en oeuvre toute  action de nature à assurer une plus grande participation des jeunes du Comité de base à la vie du Parti ;

- animer en permanence le Parti au niveau du Comité de base, en rapport avec le Secrétaire à l’Information et à la Propagande.

La fonction de  Secrétaire chargé de la Jeunesse est assurée par le Président de l’ORM au titre du Comité de base.

Article 22 : Le Secrétaire aux Elections est chargé, en rapport avec les autres secrétariats, de veiller à une bonne participation des militants aux élections.

A cet effet il doit : 

- surveiller le déroulement des élections ;

- veiller à la formation des représentants du Parti au niveau des bureaux de vote ;

- veiller à l’inscription effective des militants sur les listes électorales ;

- suivre la mise à jour des listes électorales ;

- suivre la distribution des cartes électorales ;

- suivre l’organisation des élections.

Article 23 : Le Secrétaire à la Mobilisation est chargé de :

- animer en permanence les activités du Parti au niveau du Comité de base ;

- diffuser les mots d’ordre  et les messages véhiculés au cours des réunions ou des missions du Parti ;

- veiller à la diffusion et à l’exploitation des publications du Parti ;

- assurer une bonne occupation du terrain par le Parti lors des manifestations publiques.

Article 24 : Le Secrétaire au Développement rural et à l’environnement est chargé de:

- œuvrer à obtenir l’adhésion massive des producteurs au Parti ;

- réaliser les objectifs de production inscrits au programme du Parti par les organisations coopératives et mutualistes ;

- suivre les activités des coopératives et autres groupements de producteurs ;

- former les opérateurs ruraux, en rapport avec le Secrétaire aux Affaires économiques et celui chargé de la formation politique ;

- informer les producteurs sur l’actualité et l’évolution de la branche ;

- promouvoir la formation d’organisations communautaires et toutes activités d’intérêt communautaire.

Article 25 : La Secrétaire chargée de l’émancipation de la Femme et à Enfance est chargée de :

- suivre et appliquer la politique du Parti en matière d’intégration des femmes au processus de développement ;

- participer à la mise en oeuvre de voies et moyens susceptibles de permettre une adhésion massive des femmes au Parti et en informer le Bureau.

 La fonction de Secrétaire chargée de l’émancipation de la Femme et à Enfance est assurée par la Présidente de l’OFM au titre du Comité de base.

Article 26 : Le Secrétaire aux affaires sociales et à la solidarité est chargé de :

- promouvoir des actions  sociales et de santé publique au niveau du village ;

- mettre en oeuvre des actions d’hygiène et d’assainissement au niveau du quartier, du village, du hameau ou du campement ;

- mobiliser les militants à l’occasion des campagnes de vaccination et de lutte contre les endémies.

Article 27 : Le Secrétaire à la Formation est chargé de :

- assurer la formation politique des militants ;

- mettre en oeuvre les actions d’éducation civique et politique définies par le Parti.

Article 28 : Le Secrétaire à l’Education est chargé de :

- suivre au niveau du village ou du quartier, la vie des associations scolaires et des parents d’élèves ;

- suivre et appliquer la politique du Parti en matière d’éducation et d’enseignement ;

- favoriser l’adhésion des scolaires au Parti.

Article 29 : Le Secrétaire aux Droits de l’homme est chargé de :

-  mettre en oeuvre et suivre la politique sociale du Parti ;

-   participer à la définition des voies et moyens à mettre en oeuvre pour assurer le développement social des militants, conformément au programme d’actions du Parti ;

-  suivre la mise en oeuvre d’une politique de solidarité et d’entraide mutuelle ;

-  œuvrer pour la sécurisation de la cellule familiale contre les agressions que subissent nos mœurs ;

-  entreprendre les actions permettant l’adhésion des retraités et anciens combattants au Parti ;

-  prendre en charge toutes les préoccupations des anciens combattants et retraités et tenir compte de leurs expériences dans les programmes de formation des militants du Parti.

Article 30 : Le Secrétaire aux Affaires culturelles et sportifs est chargé de :

-  participer à la définition des voies et moyens à mettre en oeuvre pour assurer le développement d’actions culturelles conformément au Programme d’Action du Parti ;

-  assurer en permanence l’animation sportive et culturelle des militants ;

-  promouvoir les activités sportives, culturelles et artistiques au niveau du Comité de base.

Article 31 : Le Trésorier Général est chargé de :

-  proposer au Bureau du Comité de base les voies et moyens permettant d’accroître les ressources du Comité ;

-  élaborer et soumettre au Bureau du Comité de base un projet de budget ;

-  gérer les ressources du Comité de base ;

-  établir un rapport d’exécution du budget ;

-  fournir, sur demande des commissaires aux comptes, les pièces comptables ;

- ouvrir un compte pour le dépôt des fonds du Parti.

Il est responsable de la régularité des écritures comptables.

Les retraits de fonds sont soumis à la signature conjointe de l’ordonnateur et du Trésorier général.

Article 32 : Les Commissaires aux Comptes, au nombre de deux (2), sont chargés de :

- contrôler la gestion financière du Trésorier ;

- contrôler la gestion du patrimoine du Comité de base.

Article 33 : L’Assemblée Générale nomme autant de conseillers que de besoin.

SECTION II : DES MEMBRES DU BUREAU DE LA COORDINATION VILLAGEOISE  OU DE QUARTIER URBAIN

Article 34 : La composition et les attributions des membres du Bureau de la Coordination villageoise ou de Quartier urbain sont identiques à celles de la Coordination  départementale.

Leurs prérogatives se limitent à la coordination des activités des comités de base.

SECTION III : DES MEMBRES DU BUREAU DE LA SOUS-SECTION

Article 35 : La composition et les attributions des membres du Bureau de la sous-section sont identiques à celles de la Section prévues aux articles 43 à 63 du présent Règlement Intérieur.

Leurs compétences se limitent au niveau de la commune.

SECTION IV : DES MEMBRES DU BUREAU DE LA COORDINATION DEPARTEMENTALE

Article 36 : Le Président est le premier responsable du Parti au niveau du Département. A ce titre il :

-  veille au respect scrupuleux des Textes Fondamentaux du Parti ;

-  veille à l’exécution convenable du Programme d’Actions défini par le Congrès ;

-  est garant de l’unité du Parti ;

-  est responsable du bon fonctionnement des structures du Parti ;

-  veille au raffermissement du climat d’entente et de solidarité entre les membres ;

-  est l’ordonnateur du budget ;

-  préside les sessions de la Conférence départementale et les réunions du Bureau de la Coordination départementale.

Il peut déléguer une partie de ses prérogatives aux vice-présidents ou au Secrétaire Général.

Article 37 : Les vice-présidents secondent le Président et le remplacent en cas  d’absence ou d’empêchement selon l’ordre de préséance.

Article 38 : Le Secrétaire Général seconde le Président du Bureau de la Coordination départementale. Il est chargé, au niveau du département de :

-  animer le Parti ;

-  assurer l’exécution correcte du Programme du Parti ;

-  veiller à l’unité d’action du Parti ;

-  représenter la Coordination départementale dans les différents actes de la vie civile et en particulier dans les instances contentieuses de toute nature ;

-  veiller à la préparation des réunions du bureau de la Coordination départementale et en dresser les procès-verbaux ;

-  étudier les problèmes politiques ;

- assurer les relations avec les autres partis présents sur l’échiquier départemental.

Il est l’ordonnateur délégué du budget, signe les pièces comptables conjointement avec le Trésorier, donne les directives d’ordre politique aux représentants des sous-sections.

Il est assisté de deux (2) adjoints qui le remplacent en cas d’absence ou d’empêchement.

Il peut déléguer une partie de ses prérogatives à ses adjoints.

Article 39 : Les attributions de chacun des Secrétaires généraux adjoints seront déterminées lors de la première réunion du Bureau de la Coordination départementale.

Article 40 : Le Trésorier Général est chargé, au niveau de la coordination départementale de :

-  préparer le projet de budget et d’établir un rapport d’exécution ;

-  concevoir un mécanisme approprié de recouvrement des cotisations ;

-  produire, sur demande, les pièces comptables ;

-  procéder à l’ouverture des comptes pour les fonds de la coordination départementale ;

-  tenir la comptabilité et, à ce titre, centraliser toutes les écritures ;

-  tenir la comptabilité matière.

Les retraits de fonds sont soumis à la signature conjointe de l’ordonnateur ou de son délégué et du Trésorier général.

Il est responsable de la régularité des écritures comptables.

Il est assisté d’un (1) adjoint qui le remplace en cas d’absence ou d’empêchement.

Article 41 : Chaque Coordination nomme un conseiller par Sous-section.

Article 42 : Les Commissaires aux Comptes, au nombre de deux (2),  élus en dehors du bureau, sont chargés de :

- contrôler la gestion financière du Trésorier ;

- contrôler la gestion du patrimoine de la Coordination départementale.

SECTION V : DES MEMBRES DU BUREAU DE LA SECTION

Article 43 : Le Président est le premier responsable du Parti au niveau de la région. A ce titre il :

-  veille au respect scrupuleux des Textes Fondamentaux du Parti ;

- veille à l’exécution correcte du Programme d’Actions défini par le Congrès ;

-  est garant de l’unité du Parti ;

-  est responsable du bon fonctionnement des structures du Parti ;

- veille au fonctionnement régulier des Commissions permanentes ;

-  veille au raffermissement du climat d’entente et de solidarité entre les membres ;

- préside les sessions de la Conférence régionale et les réunions du Bureau de la Section.

Il est I’ordonnateur du budget.

Il est assisté d’un ou plusieurs Vice-présidents qui le remplacent en cas d’absence ou d’empêchement selon l’ordre de préséance.

Il peut déléguer une partie de ses prérogatives aux Vice-présidents ou au Secrétaire Général.

Article 44: Le Secrétaire Général seconde le Président de la Section.

Il est chargé, au niveau de la Région de :

-  animer le Parti ;

-  assurer l’exécution convenable du Programme d’Actions du Parti ;

-  veiller à l’unité d’action du Parti ;

- représenter la Région dans les différents actes de la vie civile et en particulier dans les instances contentieuses de toute nature ;

- veiller à la préparation des réunions du bureau de la Section et de la Conférence régionale, et  en dresser les procès-verbaux ;

-  étudier les problèmes politiques ;

-  coordonner les activités des Commissions de travail créées au sein du Bureau de la Section ;

-  coordonner les relations avec les autres partis sur l’échiquier régional ;

-  veiller au bon fonctionnement de l’administration du Parti ;

-  veiller à la mise en oeuvre des décisions prises lors des réunions de la Conférence Régionale et du Bureau de la Section ;

-  concevoir et mettre périodiquement à jour le fichier des militants ;

-  suivre et évaluer l’évolution du Parti ;

- coordonner les réflexions tendant à renforcer et à développer l’implantation du Parti;

-  coordonner les activités des différents Secrétariats politiques dans le cadre de leurs  missions et dans celles de la mise en oeuvre du Programme d’Action ;

-  coordonner les activités des différentes coordinations départementales et des Sous-sections ;

- centraliser et analyser tous les rapports d’activités des organes et structures  de la sous-région.

Il est l’ordonnateur délégué du budget et signe les pièces comptables conjointement avec le Trésorier.

Il transmet, sous le contrôle du Président de la Section, les directives d’ordre politique aux responsables des Coordinations Départementales.

Il est assisté d’un ou de plusieurs adjoints auxquels il doit déléguer une partie de ses prérogatives. 

Article 45 : Les Secrétaires Généraux Adjoints remplacent le Secrétaire Général en cas d’absence ou d’empêchement.

Article 46 : Le Secrétaire à l’Organisation et à la Sécurité est chargé au niveau régional de :

-  assurer le protocole du Parti ;

-  organiser toutes les réunions et manifestations du Parti ;

-  organiser les visites effectuées dans la  région par les militants du Parti ;

-  organiser, en relation avec le Secrétariat Général et la section hôte, les visites des militants hors de la région ;

-   prendre des dispositions pour assurer la sécurité des personnes et des biens du Parti ;

-  mobiliser, sensibiliser et former les militants du Parti en matière d’organisation et de sécurité ;

-  mettre en oeuvre la politique du Parti en matière de sécurité ;

- assurer une bonne occupation du terrain par le Parti lors des manifestations publiques.

Article 47: Le Secrétaire à la Formation est chargé, au niveau de la région de :

-   mettre en oeuvre le programme de formation politique du Parti ;

-   œuvrer pour l’élévation de la conscience politique et l’esprit civique des militants ;

-  œuvrer pour l’amélioration du niveau de culture démocratique tant à l’intérieur du Parti que dans les relations avec les partis tiers ;

-  mener toute étude, analyse et réflexion sur l’implantation du Parti en vue de conforter sa place et son rôle sur l’échiquier régional ;

- former et encadrer les élus du Parti ;

- assurer l’apprentissage, par les militants, de l’hymne du Parti.

Article 48 : Le Secrétaire aux Elections est chargé au niveau régional de

- mettre en œuvre le programme de campagne du Parti ;

-  concevoir et gérer le fichier régional des militants du Parti ;

-  mettre en place, en rapport avec les secrétariats de la section, une structure chargée des élections ;

-  dresser la carte géographique des circonscriptions électorales et de l’implantation des bureaux de vote et  en suivre l’évolution ;

-  suivre la mise à jour des listes électorales par les Commissions Administratives de recensement ;

-  suivre les travaux de la Commission Régionale des Elections de la CENI ;

-  s’assurer que tous les militants et sympathisants sont inscrits sur les listes électorales et qu’ils sont en possession de leurs cartes d’électeurs ;

-  veiller à la formation des représentants du Parti dans les bureaux de vote en relation avec le Secrétariat à la formation Politique ;

-  analyser les résultats électoraux du Parti,  en élaborer le rapport  et  le diffuser.

Article 49 : Le Secrétaire à la Communication est chargé, au niveau régional de :

-  mettre en oeuvre et suivre la politique de communication du Parti ;

-  diffuser les mots d’ordre, slogans, messages et publications du Parti ;

-  assurer les relations avec les organes de presse ;

- concevoir et diffuser les actions spécifiques d’animation et de mobilisation des militants du Parti et en évaluer périodiquement les outils.

Article 50 : Le Secrétaire aux Relations Extérieures et avec les autres partis est chargé, au niveau régional de :

-  établir et raffermir les liens d’amitié et de solidarité entre le MPN-MATASSA et les Mouvements et Partis amis nationaux poursuivant les mêmes idéaux et objectifs ;

-  raffermir les relations de la Section avec les autres Sections du MPN-MATASSA;

- recenser et suivre l’évolution des militants de la région à l’étranger.

Article 51 : Le Secrétaire à la Jeunesse est chargé, au niveau de la région de :

-  étudier les problèmes concernant la Jeunesse, et  informer le Bureau   de la Section sur les préoccupations et la vie des jeunes ;

- concevoir toute action pour une meilleure mobilisation des jeunes et leur organisation en vue de susciter leur adhésion au Parti ;

-  contribuer, en rapport avec le Secrétaire aux Affaires Economiques, à la promotion d’une politique d’intégration des jeunes dans les programmes de développement.

La fonction de  Secrétaire à la Jeunesse est assurée par le Président régional de l’ORM.

Article 52 : Le Secrétaire aux Affaires Sociales et à la solidarité est chargé, au niveau de la région de : 

-  suivre et exécuter le Programme d’Action du Parti dans le domaine social ;

-  promouvoir la solidarité et l’entraide mutuelle ;

-  suivre les questions religieuses et syndicales ;

-  prendre en charge les préoccupations des anciens combattants et retraités militants du Parti.

Article 53: Le Secrétaire aux Affaires Economiques est chargé, au niveau de la région de :

-  mettre en place les dispositions nécessaires au suivi de l’exécution du programme économique et social du Parti ;

-  définir les voies et moyens à mettre en oeuvre pour appuyer le développement économique et social harmonieux et équilibré de la région, conformément au programme d’actions du Parti ;

-  suivre la politique de décentralisation, notamment en matière économique ;

- organiser, conformément au programme du Parti, les activités des opérateurs économiques militants du Parti ;

- réfléchir et de définir les voies et moyens par lesquels les opérateurs économiques vont participer à la consolidation du développement économique de la région ;

-  mettre en oeuvre un cadre de concertation devant régir les relations avec toutes les organisations socioprofessionnelles intervenant dans les secteurs d’activités économiques et de le suivre ;

-  assurer les relations avec les chambres consulaires ;

-  veiller à la défense des intérêts des opérateurs économiques militants du Parti.

Article 54 : Le Secrétaire chargé à l’éducation est chargé au niveau de la région de :

- étudier toutes les questions touchant la vie scolaire et  rendre compte au Bureau de la Section ;

- mettre en oeuvre et suivre la politique du Parti en matière d’éducation et de formation ;

-  suivre les problèmes de l’école nigérienne ;

-  assurer les relations avec les organisations scolaires et estudiantines ainsi qu’avec les partenaires de l’école.

Article 55 : Le Secrétaire au Développement Rural et à l’environnement est chargé, au niveau de la région de :

-  suivre l’exécution du Programme de Développement Rural défini par le Parti ;

-  animer les structures du Parti concourant au développement rural ;

- définir les voies et moyens les plus appropriés pour assurer un développement rural harmonieux ;

-  informer les structures de toute situation qui serait de nature à nuire aux activités des producteurs ruraux et suggérer les voies et moyens appropriés pour assurer le développement de la région ;

- œuvrer, en rapport avec le secrétaire chargé de l’organisation, à obtenir l’adhésion du monde rural au Parti.

Article 56 : Le Secrétaire aux Droits de l’homme est chargé au niveau de la région de :

- étudier et suivre toutes les questions relatives aux Droits de l’Homme ;

- informer et sensibiliser les militants sur les questions de Droit de l’homme;

-  œuvrer pour la promotion des Droits de l’homme ;

-  assurer les relations avec les organismes de défense de Droits de l’homme, les Organisations Humanitaires et la société civile.

Article 57 : La Secrétaire  chargée de l’émancipation de la Femme et à l’Enfance est chargée, au niveau régional de :

-  étudier, en rapport avec les Secrétaires aux affaires économiques et au Développement rural, les problèmes concernant l’intégration de la Femme dans toutes les actions de développement ;

- suivre la mise en oeuvre de la politique de protection et de développement de  la femme et de l’enfant ;

-  assurer les liaisons entre le Parti et les organisations féminines ;

- promouvoir des actions de regroupements féminins en vue d’une meilleure insertion dans la  vie économique et sociale locale.

La fonction de  Secrétaire  chargée des questions de la Femme et de l’Enfant est  assurée par la Présidente régionale de l’OFM.

Article 58 : Le Secrétaire chargé des affaires culturelles et au sport est chargé, au niveau régional de :

-         mettre en œuvre et suivre la politique culturelle du Parti ;

-          suivre l’exécution du Programme d’action du Parti dans le domaine culturel ;

-          mettre en œuvre et suivre la politique de loisirs définis par le Parti.

Article 59 : Le Secrétaire chargé de la logistique et du matériel est chargé au niveau de la région de :

-  faire l’inventaire des biens meubles et immeubles du Parti ;

-  concevoir et mettre en oeuvre une comptabilité matière ;

-  veiller à la bonne utilisation des moyens logistiques et immeubles du Parti ;

-  apporter des appuis logistiques et matériels à tous les autres Secrétariats, Commissions et structures du Parti.

Article 60: Le Secrétaire chargé des Affaires juridiques est chargé au niveau de la région de :

-  défendre les intérêts du Parti auprès des tribunaux et des institutions judiciaires ;

-  prendre en charge les questions juridiques du Parti ;

-  participer à l’élaboration et à la mise en œuvre du Programme d’action du Parti en matière judiciaire ;

-  s’occuper du contentieux avec les tiers ;

- prendre en charge les contentieux électoraux du Parti de concert avec le Secrétariat aux Elections et /ou avec la Direction de Campagne.

Article 61 : Le Trésorier général est chargé, au niveau régional de :

-          concevoir des stratégies de mobilisation des ressources financières ;

-          concevoir un mécanisme approprié de recouvrement des cotisations ;

-          préparer le projet de budget de la Section et établir le rapport d’exécution ;

-          tenir la comptabilité et, à ce titre, centraliser toutes les écritures ;

-          veiller à la régularité des écritures comptables :

-          produire, à la demande de la Commission des Finances ou des Commissaires aux comptes, les pièces comptables ;

-          ouvrir les comptes de dépôt des fonds de la Section ;

-          signer, conjointement avec l’ordonnateur ou son délégué, toutes les opérations de retrait de fonds ;

-         assurer, au besoin, la formation des Trésoriers des organes inférieurs.

 Article 62 : Chaque Conférence régionale nomme autant de conseillers que de besoin.

Article 63 : Les Commissaires aux Comptes, au nombre de deux (2) sont chargés de :

-  contrôler la gestion financière du Trésorier ;

-  contrôler la gestion du patrimoine de la Section.

SECTION VI DES MEMBRES DU BUREAU POLITIQUE NATIONAL

Article 64 : Le Président est le premier responsable du Parti. A ce titre il:

-  veille au respect scrupuleux des Textes Fondamentaux du Parti ;

- veille à l’exécution correcte du Programme d’Actions défini par le Congrès ;

-  est garant de l’unité du Parti ;

-  est responsable du bon fonctionnement, de l’épanouissement et de la grandeur du Parti ;

-  veille au fonctionnement régulier des organes et des Commissions permanentes ;

-  veille au raffermissement du climat d’entente et de solidarité entre les membres ;

 - est l’ordonnateur du budget ;

-  préside les sessions du Congrès, les réunions du Conseil National et du Bureau Politique National ;

-  représente le Parti au plan national et international.

Article 65 : Le Président peut déléguer une partie de ses attributions à l’un des Vice-présidents ou au Secrétaire Général. Sauf disposition contraire, en cas d’empêchement définitif ou de démission du Président du Bureau Politique National, il est remplacé dans la plénitude de ses fonctions par le Secrétaire Général.

Article 66 : Le Secrétaire Général seconde le Président du Parti.

Le Secrétaire général est le principal animateur du Parti. A ce titre, il est chargé de :

- assurer l’exécution correcte du Programme d’actions du Parti ;

- veiller à l’unité d’action du Parti ;

- donner des directives d’ordre politique aux responsables des Sections ;

- veiller au bon fonctionnement de l’administration du Parti ;

- présider les réunions en cas d’absence du Président et des Vices Présidents ;

- veiller à la préparation des réunions du Bureau Politique et du Conseil National et en dresser les procès-verbaux ;

- représenter le Parti dans les différents actes de la vie civile et en particulier dans les instances contentieuses de toute nature ;

- étudier les problèmes politiques ;

- coordonner les activités des différents Secrétariats dans le cadre de leurs missions mais aussi dans celles de la mise en œuvre du Programme d’actions du Parti ;

- entretenir des relations avec les autres partis sur l’échiquier national ;

- animer et coordonner les activités des Commissions permanentes du Parti et des Commissions de travail du Bureau Politique National ;

- veiller à la mise en oeuvre des décisions prises lors des réunions du Bureau Politique et du Conseil National ;

- coordonner les relations du Parti avec les Partis frères au plan National;

- suivre et évaluer l’évolution politique au plan National et International ;

- coordonner les réflexions tendant à renforcer et à développer l’implantation du Parti au plan national et international ;

- coordonner les relations du Parti avec les Institutions étatiques (Assemblée Nationale, Gouvernement, Conseil Economique, Social et Culturel ; Conseil Supérieur de la Communication, hautes juridictions de l’Etat) ;

- coordonner les activités des différentes Sections ;

- coordonner les activités  des structures de participation du Parti ;

- centraliser, traiter et diffuser tous les rapports d’activités des structures et organes du Parti.

Il est responsable de la centralisation, de la conservation et de la gestion de la documentation et des archives du Parti.

Le Secrétaire Général est l’Ordonnateur délégué du budget et signe les pièces comptables conjointement avec le Trésorier Général.

II est assisté de deux (2) adjoints.

Le Secrétaire Général est tenu de déléguer, à chacun de ses adjoints, une partie de ses attributions.

Article 67 : En cas d’absence ou d’empêchement, le Secrétaire Général est remplacé par l’un des Secrétaires Généraux Adjoints, dans l’ordre de préséance.

Article 68 : En cas d’absence ou d‘empêchement du Président du Parti et du Secrétaire Général, le Secrétaire Général Adjoint assure les fonctions d’ordonnateur  de fonds et de crédits par délégation expresse du Président ou du Secrétaire Général.

Article 69 : Le Secrétaire à l’Organisation est chargé de :

- concevoir et mettre en oeuvre le protocole du Parti ;

- organiser toutes les réunions et manifestations du Parti à l’échelon national ;

- mobiliser, sensibiliser et former les militants du Parti en matière de sécurité ;

- mettre en oeuvre la politique du Parti en matière de sécurité ;

- assurer une bonne occupation du terrain par le Parti lors des manifestations publiques.

Il est assisté de sept (7) adjoints dont un (1) par région.

Article 70 : Le Secrétaire à la Formation est chargé de :

- élaborer et exécuter le programme de formation politique du Parti ;

- oeuvrer pour l’élévation de la conscience politique et de l’esprit civique des militants, ainsi que pour l’amélioration du niveau de culture démocratique, tant à l’intérieur du Parti que dans ses relations avec les partis tiers ;

- mener toute étude, analyse et réflexion sur l’implantation du Parti en vue de conforter sa place et son rôle sur l’échiquier national ;

- former et encadrer les élus du Parti ;

- assurer, en relation avec les autres Secrétariats, une large diffusion des Textes Fondamentaux du Parti.

Il est assisté de sept (7) adjoints dont un (1) par région.

Article 71 : Le Secrétaire aux Elections est chargé de :

- concevoir et gérer le fichier central des militants du Parti ;

- mettre en place une structure chargée des élections, en relation avec tous les  organes du Parti ;

- dresser la carte géographique des circonscriptions électorales et de l’implantation des bureaux de vote et en suivre l’évolution ;

- suivre la mise à jour des listes électorales par la Commission Nationale Administrative de recensement ;

- suivre les travaux de la Commission Electorale Nationale indépendante (CENI) ;

- veiller à ce que les organes s’assurent que tous les militants et sympathisants sont en possession de leurs cartes électorales ;

- veiller, en relation avec le Secrétariat à la formation politique, à la formation des représentants du Parti dans les bureaux de vote ;

- analyser les résultats électoraux du Parti, élaborer les rapports et les diffuser ;

- établir les dossiers de contentieux électoral de concert avec le Secrétaire aux Affaires Juridiques et du Contentieux.

Il est assisté de sept (7) adjoints dont un (1) par région.

Article 72 : Le Secrétaire à la Communication est chargé de :

-  suivre la mise en oeuvre de la politique de communication du Parti ;

-  réaliser et  diffuser les publications du Parti ;

-  diffuser les mots d’ordre, slogans et messages du Parti ;

-  assurer les relations avec les organes de presse nationaux et internationaux ;

-  concevoir et diffuser les actions d’animation et de mobilisation du Parti et en évaluer périodiquement les outils ;

-  assurer les relations avec la presse ;

-  livrer les messages et communiqués de presse du Parti.

Il est assisté de trois (3) adjoints.

Article 73 : Le Secrétaire aux Relations Extérieures est chargé de :

- établir et raffermir les liens d’amitié et de solidarité entre le MPN-MATASSA et les Mouvements et Partis étrangers poursuivant les mêmes idéaux et objectifs tant au plan africain qu’au plan international ;

- suivre et analyser les questions de politique africaine et internationale ;

- assurer les relations avec les représentations diplomatiques et organisations internationales ;

- organiser les visites effectuées au Niger par les représentants des Partis Politiques amis ;

- organiser, en relation avec le Secrétariat Général, le Secrétariat à l’Organisation  et les structures du MPN du pays hôte les visites de nos délégations à l’Etranger.

Il est aussi chargé de la gestion des militants à l’étranger, et plus particulièrement de :

- recenser et suivre l’évolution des militants à l’étranger ;

- participer, en relation avec le Secrétaire à la formation politique, à l’information et à la formation politique des militants à l’étranger ;

- suivre les relations tissées par les militants à l’étranger avec les militants des partis alliés.

Il est assisté de sept (7) adjoints à raison d’un (1) par région.

Article 74 : Le Secrétaire à la Jeunesse, Président de l’Organisation de la Relève MATASSA est chargé de :

-  étudier les problèmes concernant la Jeunesse et informer le Bureau Politique National sur les préoccupations et la vie des jeunes ;

-  concevoir, en relation avec le Secrétaire aux Affaires sociales,   une politique de formation des jeunes ;

- concevoir toute action pour une meilleure mobilisation des jeunes et leur organisation en vue de susciter leur adhésion.

Il est assisté de cinq (5) adjoints.

Article 75 : Le Secrétaire aux Affaires Sociales et à la solidarité est chargé de :

-  concevoir et suivre la politique sociale du Parti ;

-  suivre l’exécution du programme d’action du Parti dans le domaine social ;

-  concevoir les mécanismes de promotion de la solidarité et de l’entraide mutuelle ;

-  suivre les questions religieuses et syndicales ainsi que les préoccupations des anciens combattants et des retraités.

Il est assisté de trois (3) adjoints.

Article 76 : Le Secrétaire aux Affaires Economiques est chargé de :

-  suivre l’évolution des différents secteurs économiques du pays ;

-  suivre l’évolution du programme économique et social du Parti ;

-  définir les voies et moyens à mettre en oeuvre pour assurer le développement économique harmonieux et équilibré du pays, conformément au Programme d’actions du Parti ;

-  suivre la politique de décentralisation en matière économique ;

-  suivre la mise en oeuvre des mesures tendant à l’amélioration des productions nationales et à la maîtrise des techniques et de la technologie ;

-  concevoir, en relation avec la Secrétaire aux questions de la Femme et de l’Enfant et le Secrétaire à la jeunesse,  une politique d’intégration de la femme et des jeunes au développement ;

- contribuer, conformément au Programme du Parti, à l’organisation et à la défense des intérêts des opérateurs économiques, militants du Parti ;

- participer à l’encadrement des opérateurs économiques en vue d’élever leur niveau de prise de conscience et leur professionnalisme ;

 -  élaborer et de mettre en ouvre un cadre de concertation devant régir les relations avec toutes les organisations socioprofessionnelles intervenant dans les secteurs d’activités économiques ;

-  assurer les relations avec les chambres consulaires ;

-  favoriser le développement du partenariat économique et d’affaires en vue de favoriser l’intégration économique régionale d’une part, et permettre d’autre part au Niger de prendre une part plus grande dans les échanges commerciaux aux plans régional et mondial.

Il est assisté de sept (7) adjoints dont un (1) par région.

Article 77 : Le Secrétaire à l’éducation est chargé de :

-  étudier toutes les questions touchant la vie scolaire et universitaire ;

-  définir et veiller à la mise en oeuvre de la politique du Parti en matière d’éducation et de formation ;

-  suivre les problèmes de l’Ecole Nigérienne ;

-  assurer les relations avec les partenaires de l’école, notamment les organisations scolaires et estudiantines.

II est assisté de trois (3) adjoints.

Article 78 : Le Secrétaire au Développement Rural et à l’environnement est chargé de :

-  suivre l’exécution du Programme de Développement Rural défini par le Parti ;

-  animer les structures du Parti concourant au développement rural ;

- définir les voies et moyens les plus appropriés permettant d’assurer un développement rural productif, harmonieux et moderne ;

-  informer les structures de toute situation qui serait de nature à nuire aux activités des producteurs ruraux et suggérer les voies et moyens appropriés pour participer au développement de la Nation ;

-  œuvrer à obtenir l’adhésion du monde rural au Parti.

II est assisté de trois (3) adjoints.

Article 79 : Le Secrétaire aux Droits de l’homme est chargé de :

- étudier et suivre toute question relative aux Droits de l’homme ;

- informer et sensibiliser les militantes et les militants sur les questions de Droit de l’homme ;

- oeuvrer pour la promotion des Droits de l’homme ;

- assurer les relations avec les organismes de défense des Droits de l’homme, les organisations humanitaires et la société civile.

II est assisté de trois (3) Adjoints.

Article 80 : La Secrétaire à l’émancipation de la Femme et à l’Enfance, Présidente de l’Organisation des Femmes MATASSA est chargée de :

- concevoir, en relation avec le Secrétaire aux Affaires sociales, une politique de promotion de la femme et de l’enfant ;

-  étudier les problèmes concernant l’intégration de la Femme dans toutes les actions de développement ;

- concevoir une politique de protection et de développement de la Femme et de l’Enfant ;

-  assurer les relations entre le Parti et les Associations féminines ;

- veiller, au sein du Parti, au respect des lois et règlements relatifs à la défense des droits de la femme et de l’enfant.

Elle est assistée de cinq (5) Adjointes.

Article 81 : Le Secrétaire aux Affaires culturelles et sportives est chargé de :

-  concevoir et suivre la politique culturelle du Parti ;

-  suivre l’exécution du Programme d’actions du Parti dans le domaine culturel ;

-  concevoir et suivre l’exécution de la politique des sports définie par le Parti,

- encourager la participation des militants du Parti aux actions culturelles et sportives à tous les niveaux.

Il est assisté de trois (3) adjoints.

Article 82 : Le Secrétaire à la Logistique et au Matériel est chargé de :

-  faire l’inventaire des biens meubles et immeubles du Parti ;

-  concevoir et tenir une comptabilité matière ;

-  veiller à la bonne utilisation des moyens logistiques et des immeubles du Parti ;

-  apporter des appuis logistiques et matériels à tous les autres Secrétariats, ainsi qu’aux Commissions et Structures du Parti.

Il est assisté de trois (3) adjoints.

Article 83 : Le Secrétaire aux Affaires juridiques est chargé de :

-  défendre les intérêts du Parti auprès des tiers, des Cours et Tribunaux;

- prendre en charge les questions juridiques du Parti ;

-  participer à la conception, à l’élaboration et à la mise en œuvre du Programme d’actions du Parti en matière judiciaire ;

-  s’occuper du contentieux avec les tiers ;

- prendre en charge les contentieux électoraux du Parti de concert avec le Secrétariat aux Elections et/ou avec la Direction de Campagne.

Il est assisté de trois (3) adjoints. 

Article 84 : Le Trésorier Général est chargé de :

-  préparer le projet de budget du Parti et  établir un rapport d’exécution ;

-  concevoir un mécanisme approprié de recouvrement des cotisations ;

-  contribuer à la mobilisation des ressources financières ;

-  produire, sur demande de la Commission des Finances, les pièces comptables ;

-  ouvrir des comptes de dépôt des fonds du Parti ;

-  tenir la comptabilité, et à ce titre, centraliser toutes les écritures.

Les retraits de fonds sont soumis à la signature conjointe de l’ordonnateur ou de son délégué et du Trésorier Général.

Le Trésorier général est responsable de la régularité des écritures comptables.

Il est assisté de deux (2) Adjoints.

Article 85 : Le Secrétaire Administratif Permanent est placé sous l’autorité du Secrétaire Général du Parti. Il est chargé de :

- veiller à la bonne exécution des tâches administratives du B.P.N. ;

- coordonner les activités du personnel permanent du B.P.N. ;

- gérer le personnel permanent du B.P.N. ;

- gérer les moyens du Bureau Politique National ;

- centraliser, conserver et gérer la documentation et les archives du B.P.N.

Article 86 : Il est assisté notamment par :

- une ou plusieurs secrétaires ;

- un comptable ;

- un agent chargé des relations publiques ;

- un agent chargé de la communication ;

- un personnel d’exécution.

Ce personnel est nommé par décision du Président du Bureau Politique National qui en détermine les attributions. 

CHAPITRE 3 : ATTRIBUTIONS DES COMMISSIONS PERMANENTES

SECTION 1 : LA COMMISSION POLITIQUE

Article 87 : Elle est chargée notamment de :

- préparer les décisions du B.P.N. ;

- préparer et suivre l’exécution des alliances ;

- analyser la situation politique nationale et internationale et en esquisser l’évolution probable ;

- proposer la promotion des militants du Parti à des postes de responsabilité ;

- préparer et soumettre au Conseil National, les propositions de répartition des secrétariats politiques  du Bureau Politique National.

Elle fait rapport au Bureau Politique National chaque fois que de besoin.

SECTION 2 : LA COMMISSION D’ARBITRAGE ET DE CONCILIATION

Article 88: Elle est chargée du règlement des litiges nés au sein du Parti. En outre, elle est obligatoirement saisie avant toute décision d’exclusion de membres des organes nationaux, régionaux et sous-régionaux du Parti.

Elle est présidée par un bureau comprenant un Président, un Vice-Président et deux Rapporteurs.

La Commission Nationale d’Arbitrage et de Conciliation fait rapport au Congrès sur l’ensemble de ses activités.

Elle fait rapport de ses activités au Bureau Politique National

SECTION 3 : LA COMMISSION DES FINANCES

Article 89 : Elle est chargée de :

-  contrôler la gestion financière du Trésorier Général ;

-  contrôler la gestion du patrimoine du Parti ;

-  examiner le projet de budget et le rapport financier préparé par le Trésorier Général et dresser rapport au Conseil National ;

- veiller à ce que les Commissaires aux Comptes des organes immédiatement inférieurs du Parti s’acquittent correctement et régulièrement de leurs missions.

Elle peut effectuer des contrôles inopinés. Elle dresse rapport de ses vérifications et l’adresse au Conseil National. Copie en est adressée au Bureau Politique National pour les décisions urgentes à prendre avant la réunion du Conseil National.

Le Bureau Politique National peut la charger de toute mission de vérification au niveau des échelons inférieurs. Elle dresse rapport qu’elle lui soumet pour toute fin de droit.

Sa saisine par le Bureau Politique National peut être motivée soit par la décision du  Président du B.P.N., soit par au moins deux (2) membres du B.P.N. ou suite à une dénonciation de militants. Dans ce cas, ces derniers s’adressent par écrit au Bureau Politique National en apportant les éléments de preuve.

Elle élit son bureau qui comprend un Président, un Vice-président et deux Rapporteurs.

SECTION 4 : LA COMMISSION DES CANDIDATURES ET DE VERIFICATION DES MANDATS

Article 90 : Elle est chargée de :

- vérifier, avant l’ouverture du Congrès, la régularité des mandats des délégués ;

- recevoir et examiner les candidatures de listes aux différents postes sur la base de critères définis par le Code Electoral du Parti ;

- fixer la date de dépôt des candidatures aux différents postes ;

- veiller à l’application des dispositions du Code électoral du Parti.

Elle rend compte au Congrès.

Elle élit son bureau comprenant un Président, un Vice-président et deux Rapporteurs.

SECTION 5 : LA COMMISSION DE MOBILISATION ET DE GESTION DES CADRES

Article 91 : Elle est chargée de :

- tenir à jour le fichier des cadres du Parti ;

-  recenser, sécuriser, mobiliser et amener les cadres à participer activement aux activités du Parti et à son rayonnement ;

- conseiller le Bureau Politique National, les Bureaux de la section et de la Sous-section ;

-  réaliser toute étude, à elle confiée par le B.P.N.

Pour l’accomplissement de sa mission elle met en place un bureau comprenant un Président, un Vice-président et deux rapporteurs.

Elle rend compte au Bureau Politique National.

SECTION 6 : LA COMMISSION SOCIALE

Article 92 : Elle est chargée de :

-         prévenir et prendre en charge les conflits sociaux et proposer des solutions urgentes au Bureau Politique National ;

-         créer un climat de sérénité et de confiance mutuelle entre les militants ;

-         promouvoir la solidarité et l’entraide mutuelle des militants du Parti.

Elle élit en son sein un président, un vice-président et deux rapporteurs.

Elle fait rapport au Bureau Politique National.

Article 93 : Le fonctionnement des Commissions permanentes et les attributions des membres de leurs bureaux sont définis par leurs règlements intérieurs.

Article 94 : Les attributions, l’organisation et le mode de fonctionnement des démembrements des Commissions permanentes aux niveaux régional, départemental, et communal sont à l’image de ceux du niveau  National.

TITRE III : DISPOSITIONS COMMUNES

CHAPITRE 1er : DES COMMISSIONS DE TRAVAIL

Article 95 : Le Bureau Politique National, le Bureau de la Section, de la sous-section, et du Comité de base peuvent créer chacun des commissions de travail.

Article 96 : Les Commissions de travail visées à l’article 82 des Statuts sont entre autres :

- La Commission Administrative et Juridique ;

- La Commission des Affaires Culturelles et des Loisirs ;

- La Commission des Affaires Economiques et Financières ;

- La Commission des Relations Extérieures ;

- La Commission à l’Organisation ;

- La Commission du Développement Rural ;

- La Commission des Elections ;

- La Commission d’Analyse, de Réflexion et d’Animation.

Article 97 : L’organisation, le fonctionnement, les attributions et la durée des mandats des commissions de travail sont définis par les actes qui les créent.

CHAPITRE 2 : DES REUNIONS

Article 98 : Les réunions des instances se tiennent suivant un ordre du jour fixé à l’avance. Cet ordre du jour doit figurer sur la convocation adressée aux participants à ladite réunion.

Article 99 : A l’occasion des réunions ordinaires dont le calendrier est fixé à l’avance, la convocation doit parvenir aux intéressés au moins quinze (15) jours avant la date de la réunion.

Article 100 : Pour les réunions extraordinaires, ce délai est porté à quarante huit (48) heures. Toute décision issue des délibérations de ces réunions tenues avant le délai est susceptible de recours.

Article 101 : Pour les organes, les réunions sont convoquées par le Président ou à l’initiative des deux tiers (2/3) des membres du bureau.

Pour les Instances, les Assemblées sont convoquées par le Président ou à l’initiative des deux tiers (2/3) des membres.

Article 102 : Le quorum nécessaire à la validation des délibérations et des décisions est constitué de la majorité absolue des membres des organes et instances.

Si le quorum n’est pas atteint lors d’une réunion, celle-ci sera convoquée à nouveau dans un délai de sept (7) jours.

Cependant, dans les cas d’urgence, ce délai est ramené à quarante huit (48) heures.

Lors de la nouvelle réunion, l’instance ou l’organe pourra valablement délibérer si la moitié au moins des membres est présente.

Au cas où le quorum n’est pas atteint, se référer aux organes supérieurs.

Article 103 : Un membre peut se faire représenter par un autre muni d’une procuration légalisée, délivrée à cet effet. Nul ne peut être détenteur de plus d’une procuration.

Article 104 : Les décisions sont prises par consensus et à défaut à la majorité simple des voix.

En cas de ballottage, la voix du Président est prépondérante.

Article 105 : Le vote se déroule selon le principe universel « un homme, une voix ».

Article 106 : Le Président donne et retire la parole. Nul ne peut la prendre au cours des débats sans l’accord préalable du Président.

Article 107 : Il ne peut être demandé par le 1/3 des participants qu’une seule suspension de séance pour consultations par réunion ou assemblée.

Le bureau de séance, en fonction du temps disponible et de l’avancement des travaux, juge de son opportunité, avise et en détermine la durée.

Article 108 : Le Secrétaire Général, ou l’un des adjoints en son absence, assure le secrétariat des réunions.

Les procès verbaux sont consignés dans un registre dont les pages sont numérotées et paraphées par le Président.

Toutes les réunions débutent par l’adoption du Procès Verbal de la précédente réunion ou la présentation et l’adoption du rapport d’activités de la période passée, ou du rapport moral et financier du Bureau.

Article 109 : L’assemblée du Comité de Base se tient à l’initiative du Président du Comité de Base et une fois tous les deux (2) mois en session ordinaire.

L’assemblée peut se réunir en session extraordinaire à la demande de son président ou des deux tiers (2/3) des membres du Comité.

Article 110 : Le Bureau du Comité de base se réunit, au moins une fois tous les deux (2) mois en session ordinaire. Il tient des sessions extraordinaires à I’initiative du Président ou a la demande du tiers (1/3) de ses membres. Ses délibérations ne sont valables que si plus de la moitié des membres sont présents.

Les décisions du Bureau du Comité de base sont prises à la majorité simple des membres présents. En cas de partage de voix, celle du Président est prépondérante.

Article 111 : La Conférence villageoise ou de quartier urbain se réunit tous les deux (2) mois en session ordinaire. Elle se réunit en session extraordinaire sur convocation du Président du bureau de la Coordination villageoise ou de quartier urbain ou à la demande des deux  tiers (2/3) de ses membres. Les délibérations ne sont valables que si deux tiers (2/3) des membres sont présents. Les décisions de la Coordination villageoise ou de quartier urbain sont prises à la majorité simple des membres présents.

Article 112 : Le Bureau de la Coordination villageoise ou de quartier urbain se réunit en session ordinaire au moins une fois tous les deux (2) mois. Il tient des sessions extraordinaires sur convocation du Président ou à la demande des deux tiers (2/3) au moins de ses membres. Il ne peut valablement délibérer qu’en présence des deux tiers (2/3) de ses membres au moins. Les décisions sont prises à la majorité simple des membres présents.

En cas de partage de voix, celle du Président est prépondérante.

Article 113 : La Conférence communale se réunit au moins quarte (4) fois par an. Des sessions extraordinaires se tiennent à l’initiative du Président de la Sous-section ou à la demande des deux tiers (2/3) des Coordinations villageoises ou de Quartier urbain. Les décisions de la Conférence communale sont prises à la majorité des membres présents.

Article 114 : Le Bureau de la Sous-section se réunit en session ordinaire au moins une fois tous les deux (2) mois. Il se réunit en session extraordinaire sur convocation de son Président ou à la demande des tiers (2/3) de ses membres. Ses délibérations ne sont valables que si plus de la moitié de ses membres sont présents.

Les décisions du Bureau de la Sous-section sont prises à la majorité des membres présents. En cas de partage de voix, celle du Président est prépondérante.

Article 115 : La Conférence départementale se réunit trois (3) fois l’an. ElIe se réunit en session extraordinaire à la demande du Président du Bureau de la Coordination départementale ou à la demande des deux tiers (2/3) des bureaux des Sous-sections. Les décisions de la Conférence départementale sont prises à la majorité des membres présents.

Article 116 : Le Bureau de la Coordination départementale se réunit en session ordinaire une fois par trimestre. Il se réunit en session extraordinaire sur convocation du Président ou à la demande des deux  tiers (2/3) de ses membres.

Ses délibérations ne sont valables que lorsque plus de la moitié de ses membres sont présents. Les décisions sont prises à la majorité simple des membres présents. En cas de partage de voix, celle du Président est prépondérante.

Article 117 : La Conférence Régionale se réunit une fois par semestre en session ordinaire. Des sessions extraordinaires se tiennent à l’initiative du Président de la section ou à la demande des deux tiers (1/3) des coordinations départementales. Les décisions de la Conférence régionale sont prises à la majorité des membres présents

Article 118 : Le Bureau de la Section se réunit en session ordinaire une fois tous les deux (2) mois. ElIe se réunit en session extraordinaire à la demande du Président de la Section ou à la demande des deux tiers (2/3) des bureaux des Coordinations départementales. Les décisions du Bureau sont prises à la majorité des membres présents. En cas de partage des voix, celle du Président est prépondérante.

Article 119 : Le Bureau Politique National se réunit en session ordinaire tous les mois, et en session extraordinaire sur convocation de son Président ou à la demande des deux tiers (2/3) de ses membres. Les décisions du Bureau Politique National sont prises à la majorité des membres présents. En cas de partage de voix, celle du Président est prépondérante.

Article 120 : Le Conseil National se réunit une fois l’an en session ordinaire. Il se réunit en session extraordinaire sur convocation de son Président ou à la demande de la majorité absolue de ses membres.

Article 121 : Le Congrès se réunit en session ordinaire tous les cinq (5) ans. Il se réunit en session extraordinaire à la demande des deux tiers (2/3) des membres du Bureau Politique National. La convocation, l’ordre du jour et tous les documents devant être soumis à la sanction du Congrès, seront communiqués à chaque échelon du Parti au moins un mois à l’avance.

CHAPITRE 3 : DU CONTROLE POLITIQUE

Article 122 : Tous les organes du Parti ont une mission générale de contrôle de la régularité du fonctionnement des organes qui leur sont immédiatement inférieurs.

A cet effet, tout organe du Parti est tenu d’adresser copie des décisions et procès-verbaux de réunions à l’organe immédiatement supérieur.

Article 123 : Chaque organe est tenu d’élaborer et de transmettre, annuellement à l’instance supérieure, un rapport d’activité et un rapport financier.

Article 124 : A l’occasion du renouvellement des organes, les bureaux sortants sont tenus de présenter leurs rapports moral et financier.

CHAPITRE 4 : DE LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE

Article 125 : La procédure disciplinaire commence par une demande d’explication adressée au membre ou à l’organe mis en cause par le bureau de l’organe auquel il appartient. Le membre ou l’organe mis en cause a quinze (15) jours francs pour répondre à compter de la date de notification.

Article 126 : Lorsqu’il l’estime nécessaire, le bureau commet un membre du Parti à l’effet d’instruire et de déposer un rapport dans un délai qui lui aura été imparti.

Le rapporteur entend le membre ou le Président de l’organe mis en cause et toute autre personne qu’il juge nécessaire d’entendre.

Article 127 : Saisi du dossier, le bureau de l’organe compétent se réunit en session disciplinaire. Il s’adjoint deux membres dont les noms sont tirés au sort en présence du membre ou du Président de l’organe mis en cause.

Celui-ci est convoqué par le Président du bureau en même temps que toutes les personnes citées dans le rapport. Le membre mis en cause peut se faire assister d’un membre chargé de sa défense. Le membre ou le Président de l’organe mis en cause doit avoir la parole le dernier.

Le Président consulte les membres pour savoir s’ils sont suffisamment éclairés. Puis il invite le membre ou le Président de l’organe mis en cause et son défenseur à se retirer.

Article 128 : Le bureau délibère hors la présence du membre ou du Président de l’organe mis en cause et son défenseur. La décision est prise à la majorité simple des membres présents. Elle est consignée dans un procès-verbal signé par tous les membres. La sanction est notifiée à l’intéressé et communiquée au bureau de l’organe immédiatement supérieur dans les dix (10) jours de son prononcé.

Article 129 : Un délai de quinze (15) jours est accordé au membre ou à l’organe  sanctionné pour user de son droit de recours devant l’organe immédiatement supérieur.

Ce délai court à compter de la date de notification de la sanction. Le droit de recours peut aller jusqu’au Bureau Politique dans le respect de la hiérarchie. La Commission d’Arbitrage et de Conciliation est obligatoirement saisie avant toute décision d’exclusion des membres des organes nationaux, régionaux et sous-régionaux du Parti, conformément aux dispositions des Statuts.

Dans tous les cas, l’intéressé continuera de jouir de tous ses droits et restera soumis à toutes les obligations de membre du Parti jusqu’au prononcé définitif de l’exclusion 

Article 130 : Un membre exclu du Parti peut demander sa réhabilitation à l’instance qui a pris la décision. La demande motivée de réhabilitation sera déposée auprès du bureau dont émane la décision. Ledit bureau procède à des investigations. Il fait connaître sa décision dans un délai de deux (2) mois à compter de la date de sa saisine. Passé ce délai, le militant est considéré comme réhabilité. L’instance immédiatement supérieure est informée de la décision de réhabilitation.

Si la décision ne lui est pas favorable, le membre exclu peut réintroduire une nouvelle requête dans un délai de six (6) mois.

TITRE IV : DES RESSOURCES FINANCIERES

CHAPITRE 1er : DU PRODUIT DES COTISATIONS ET DE LA VENTE DES CARTES

Article 131 : Les quotités revenant aux divers organes du Parti sur le produit des  cotisations et de la vente des cartes sont fixées par le Bureau Politique National sur proposition de la Commission des Finances aux instances ci-après :

- Comité de base

- Coordination villageoise ou de quartier urbain

- Sous-section

- Coordination départementale

- Section

- Bureau Politique National

Article 132 : En cas d’appartenance d’un militant à plusieurs organes, celui-ci paie sa cotisation à tous les niveaux des instances du Parti auxquelles il appartient.

CHAPITRE 2  : DES PARTICIPATIONS AUX FRAIS ELECTORAUX ET DES RESSOURCES DIVERSES

Article 133 : A l’occasion des élections politiques, une instance peut instituer une participation financière aux organes et/ou aux candidats de son ressort territorial. Elle en fixe le montant ainsi que le plan d’utilisation.  

Article 134 : Pour le financement de certaines activités, chaque organe fixera les participations à demander à ses membres.

CHAPITRE 3 : DES SOUSCRIPTIONS ET DES PRODUITS DU PATRIMOINE 

Article 135 : Chaque organe est chargé de tenir l’inventaire exhaustif de son patrimoine. Il a en outre la charge d’en évaluer les produits et  d’assurer leur gestion conformément aux dispositions des Statuts et Règlement Intérieur du Parti.

Article 136 : Les ressources provenant des souscriptions et du patrimoine sont intégrées au budget de l’organe concerné.

CHAPITRE 4  : DES DONS ET LEGS

Article 137 : Les dons et/ou legs de toute nature et de toute origine sont  remis au bureau de l’organe bénéficiaire.

Ils sont consignés dans un registre tenu par le Trésorier Général de l’organe concerné.

Article 138 : Les dons et legs peuvent faire l’objet de publicité, sauf avis contraire du donateur.

CHAPITRE 5 : DE LA TENUE DES LIVRES

Article 139 : Les registres comptables du Bureau Politique National sont cotés et paraphés par l’ordonnateur délégué ; ceux des autres organes par leurs présidents.

TITRE  V : DISPOSITIONS FINALES

Article 140 : Le présent Règlement Intérieur ne peut être modifié que par le Congrès sur proposition du Conseil National.

Publié dans | Pas de Commentaires »

STATUTS

Posté par Issoufou le 14 septembre 2008

TITRE I. De la création, de la dénomination, du siège et de la durée

Article 1er : Il est créé en République du Niger, conformément aux texte en vigueurs et à la charte des partis politiques, entre les adhérent(e)s aux présents statuts, un parti  politique dénommé : MOUVEMENT DES PATRIOTES NIGERIEN(NE)S. en abrégé  mouvement est MPN – MATASSA. Il est ouvert à tous les nigérien(ne)s.

Article 2 : Le siège du MPN – MATASSA est fixé à NIAMEY. Il peut être transféré en tout autre lieu du territoire national sur décision du Congrès.

Article 3 : La durée de vie MPN – MATASSA est illimitée.

Article 4 : L’emblème du MPN – MATASSA est la Girafe :

Article 5 : La devise du MPN est : Justice – Développement – Transparence

Article 6 : Les couleurs du MPN -  MATASSA sont ; le Blanc et l’Orange

TITRE II. Des idéaux et des objectifs

Article 6 : Le MPN – MATASSA œuvre pour la réalisation des idéaux démocratiques suivants :

·        la démocratie participative ;

·        la bonne gouvernance

·        la justice sociale ;

·        la solidarité ;

·        la décentralisation pour un développement durable ;

·        les libertés essentielles et les droits humains fondamentaux ;

·        la séparation des pouvoirs et leur indépendance ;

·        la laïcité de l’Etat ;

·        l’intégration sous régionale, régionale et continentale, et la coopération internationale, fondés sur la base du respect mutuel et des avantages réciproques.

·        le changement positif dans tous les domaines

·        la réelle promotion de la jeunesse

·        l’amélioration des conditions de vie des populations les plus démunies

Article 7 : Le MPN-MATASSA vise la construction d’un Niger UN, UNI, INDIVISIBLE, EMERGEANT et RAYONNANT dans une Afrique intégrée, où la dignité humaine, l’indépendance politique et l’émancipation économique sont effectives. Il se fixe pour objectifs :

·        l’indépendance et la totale souveraineté nationales dans une parfaite intelligence avec l’intégration sous régionale, régionale et continentale ;

·        la formation des nigériennes et des nigériens afin de développer leur conscience politique et leur esprit créatif, d’assurer leur mobilisation et participation à la construction nationale et africaine, et de contribuer de façon éclairée à l’édification d’un monde solidaire ;

·        la promotion de la démocratie participative et de la décentralisation effective dans un esprit qui sauvegarde l’intégrité territoriale du Niger, la cohésion de ses fils et filles et l’unité nationale, le plein développement des talents et potentialités au niveau local

·        la mise en œuvre d’une vision de développement débarrassée de tendances défaitiste, complexée, et arriérée, résolument tournée vers le patriotisme, le travail, le culte de l’excellence,  le bien-être et la solidarité ;

·        la bonne gouvernance et la promotion du contrôle citoyen de l’action publique ;

·        la culture de la non violence et de la paix ;

·        le développement d’une meilleure participation et responsabilisation des femmes, des enfants et des jeunes par la promotion et la protection de leurs droits.

TITRE III. De l’adhésion, des droits et obligations des militant(e)s

Chapitre I. De l’adhésion

Article 8 : Le MPN – MATASSA est ouvert à toutes les Nigériennes et à tous les Nigériens qui adhérent à ses principes directeurs et à son programme politique, et acceptent ses statuts et son règlement Intérieur.

Les modalités d’adhésion sont définies par le règlement Intérieur.

Chapitre II. Des droits et obligations des militants

Article 9 : Tout(e) militant(e) du MPN – MATASSA a le droit :

·        d’élire et d’être élu(e) dans les structures du mouvement ;

·        d’exprimer librement ses opinions dans toutes les assemblées des structures et des organisations de masses du mouvement ainsi qu’à travers les organes de presses du mouvement ;

·        de critiquer tout(e) militant(e), quelle que soit sa fonction, en conformité avec le principe de la critique et de l’autocritique ;

·        d’adresser des requêtes, soumettre des propositions et exiger une réponse sur le fond de sa demande ;

·        d’être largement informé(e) sur toutes les activités du mouvement.

Article 10 : Tout militant(e) du MPN – MATASSA doit :

·        s’acquitter des droits d’adhésion ;

·        s’acquitter régulièrement de ses cotisations ;

·        créer et développer l’esprit de critique et d’autocritique, l’esprit d’entente et de solidarité afin de renforcer la cohésion du Mouvement pour qu’il y règne un climat de confiance et de paix sociale ;

·        diffuser et défendre les positions politiques et le programme du Mouvement ;

·        défendre partout et sans défaillance les intérêts et l’honneur du Mouvement ;

·        appliquer les mots d’ordre du Parti ;

·        prendre part à toutes les assemblées et participer activement à la réalisation des objectifs du Parti ;

·        cultiver l’esprit de patriotisme, de saine moralité, de discipline et d’humilité ;

·        de bannir de son comportement toute velléité de régionalisme, de racisme, de népotisme, de favoritisme, de culte de personnalité et d’intolérance ;

·        mettre en avant les intérêts de la nation et du peuple en toutes circonstances ;

·        cultiver l’esprit du panafricanisme.

Chapitre III. De la perte de la qualité de militant

Article 11 : La qualité de militant du MPN – MATASSA se perd par :

Démission ;

Exclusion ;

Dissolution du Mouvement.

Article 12 :
La démission d’un militant du MPN – MATASSA est notifiée par lettre adressée aux Présidents des Structures dans les conditions définies par le Règlement Intérieur.
Article 13 :
L’exclusion d’un militant du MPN – MATASSA est prononcée par la direction du Parti dans les conditions définies par le Règlement Intérieur.

TITRE IV – du fonctionnement et de l’organisation

SECTION I : Du principe de fonctionnement

Article 14 :
Le principe de fonctionnement du MPN – MATASSA, à tous les échelons, est le débat démocratique. Les règles sont précisées par le Règlement Intérieur.


Section II : De l’organisation au niveau national.
Article 15 :
Au niveau national, les instances et les organes du MPN – MATASSA sont :
le Congrès ; 
le Bureau Exécutif National (BEN) ;
les sections

L’Organisation de la Relève MATASSA (ORM)

L’Organisation des Femmes MATASSA (OFM)

la Commission des comptes (CC) ;

Paragraphe 1 : Le Congrès

Article 16 :
Le Congrès est l’instance suprême du MPN – MATASSA. Il se réunit tous les quatre (4) ans en session ordinaire. Le choix de la date, du lieu et la décision de convocation incombent au Bureau Exécutif National.

Les organes du MPN – MATASSA sont tenus informés de la date, du lieu et de l’ordre du jour au moins trois (3) mois à l’avance pour les sessions ordinaires et un (1) mois pour les sessions extraordinaires.

Le Congrès peut se tenir en session extraordinaire à l’initiative du Bureau Exécutif ou des 2/3 des Sections et Organisations de masses.

Article 17 :
Prennent part aux Congrès :
les membres du Bureau Exécutif National ;
cinq (5) représentants par Section dont un représentant de l’ORM et un (1) de l’OFM;
un (1) représentant par sous section ;
cinq (5) représentants par comité de base au niveau national;
Les participants au Congrès ont le titre de «Délégué».
Seules les Sections et les sous sections du parti au niveau national prennent part au vote, avec une voix chacune.
Des Observateurs dûment invités peuvent assister aux travaux du Congrès.
Article 18 :
Le Congrès détermine l’orientation et le programme d’action du Parti, élit les membres du Bureau Exécutif National (BEN) et de la Commission des comptes et met fin à leur mandat conformément au Règlement Intérieur. Il statue sur les problèmes soumis par les structures du Parti.
Le Congrès élit les membres du Bureau Exécutif National conformément à l’Article 27 des Statuts.
Article 19 :
Le Congrès ne peut se tenir valablement que lorsqu’au moins les deux (2/3) des Sections et Organisations des masses sont présentes.
Article 20 :
Dans le cas où le Congrès ordinaire ne peut siéger faute de quorum, une autre convocation est adressée aux structures trois (3) mois après.
Article 21 :
Si le Congrès ordinaire ne peut se tenir, malgré la seconde convocation, le Bureau Exécutif National est alors habilité à prendre les décisions qui s’imposent.
Article 22 :
Le Congrès peut se tenir en session extraordinaire à l’initiative du Bureau Exécutif National, ou des deux tiers (2/3) des Sections et Comités de bases du Parti au niveau national.
Les Structures sont informées de la date, du lieu et de l’ordre du jour au moins un (1) mois à l’avance.
Article 23 :
Le quorum pour la tenue du Congrès extraordinaire est le même que celui du Congrès ordinaire.
Toutefois, en cas de force majeur, le Congrès peut se tenir si la moitié des Sections est présente.
Article 24 :
En cas d’urgence absolue dans une situation ne permettant pas la tenue du Congrès extraordinaire, le Bureau Exécutif National se réunit en séance extraordinaire pour toute mesure utile, en se conformant aux Statuts et au Règlement Intérieur, dans l’intérêt du Parti et doit en faire rapport au Congrès suivant.
Article 25 :
Les décisions d’un Congrès ne peuvent être modifiées que par un autre Congrès.

Article 26 :
Le Bureau Exécutif National est l’organe de décision du MPN – MATASSA entre deux Congrès.
Il se réunit au moins une fois entre deux Congrès.
Les réunions du Bureau Exécutif National sont convoquées et présidées par le Président du Parti.
Les convocations doivent être notifiées aux membres du Bureau Exécutif National au moins un (1) mois à l’avance.


Article 27 :
Le Bureau Exécutif National se composent de deux (2) types de membres :

Les membres de droit;
Les membres élus par le Congrès.
Les membres de droit sont:
les présidents et les SG des Sections;
deux (2) représentants de l’ORM par région ;
deux (2) représentantes de l’OFM par région ;
les députés élus à l’Assemblée Nationale au titre du Parti
les membres du gouvernement au titre du Parti ;
les présidents des Conseils Régionaux au titre du Parti ;
les présidents des conseils départementaux au titre du Parti ;
les maires élus au titre du Parti.

Les membres élus le sont par le Congrès en raison de deux (2) par section, y compris celles de l’Extérieur, sur proposition de ces dernières, et quarante (40) personnalités proposées par le Bureau Exécutif National.
La durée du mandat du Bureau Exécutif National est de quatre (4) ans.


Paragraphe 3 : Le Bureau Exécutif National (BEN)

Article 29:
Le Bureau Exécutif National (BEN) est l’organe d’exécution des décisions du congrès, Ses missions sont :
d’assurer la gestion quotidienne du Parti,
d’élaborer les directives et de lancer les mots d’ordre que nécessitent les évènements politiques,
de représenter le MPN-MATASSA au niveau national et international,
de convoquer et de présider les réunions du Congrès et du Comité Central et d’en assurer le secrétariat.
Article 30 :
Le Bureau Exécutif National (BEN) est composé de :
un Président ;
un Secrétaire Général ;
un 1er Secrétaire Général Adjoint;
un Secrétaire à la Communication ;
un Secrétaire Adjoint à la Communication ;
un Secrétaire aux Affaires Juridiques ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Juridiques ;
un Secrétaire aux Elections ;
un Secrétaire Adjoint aux Elections ;
un Secrétaire à la Sécurité ;
un Secrétaire Adjoint à la Sécurité ;
un Secrétaire aux Relations Extérieures et avec les Autres Partis ;
un Secrétaire Adjoint aux Relations Extérieures et avec les autres Partis ;
un Secrétaire aux Affaires Culturelles et Sportives;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Culturelles et Sportives;
un Secrétaire aux Affaires Religieuses
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Religieuses ;
un Secrétaire à l’Organisation
un Secrétaire Adjoint à l’Organisation ;
un Secrétaire à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire Adjoint à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire aux Associations socioprofessionnelles ;
un Secrétaire Adjoint aux Associations socioprofessionnelles ;
un Secrétaire à la Jeunesse ;
un Secrétaire Adjoint à la Jeunesse ;
un Secrétaire aux Affaires Economiques ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Economiques ;
un Secrétaire aux affaires Sociales et à la Solidarité;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Sociales et à la Solidarité;
un Secrétaire au Développement Rural et à l’Environnement ;
un Secrétaire Adjoint au Développement Rural et à l’Environnement ;
un Secrétaire à la formation;
un Secrétaire Adjoint à la formation;
un Secrétaire à l’éducation;
un Secrétaire Adjoint à l’éducation ;
un Secrétaire Chargé des Droits de l’Homme ;
un Secrétaire Adjoint chargé des Droits de l’homme ;
un Secrétaire chargé des Nigériens à l’Extérieur ;
un Secrétaire Adjoint chargé des Nigériens à l’Extérieur ;
un Secrétaire chargé des Relations avec le patronat ;
un Secrétaire Adjoint chargé des Relations avec le Patronat ;
un Secrétaire à la Mobilisation ;
un Secrétaire Adjoint à la Mobilisation ;
un Secrétaire Administratif Permanent ;
un Secrétaire Administratif Permanent Adjoint ;
un Trésorier Général ;
un Trésorier Général Adjoint ;

Le secrétariat à la jeunesse est d’office assumé par le président de l’ORM (Organisation de la Relève MATASSA) et les adjoints par le SG et le SGA de l’OJT au niveau national.
Le secrétariat à l’Emancipation de la Femme est d’office assumé par la Présidente de l’OFM et ses Adjointes par la SG et la SGA de l’OFM au niveau national.
Le Président, le Secrétaire Général et les Secrétaires Généraux Adjoints constituent le présidium du Bureau Exécutif National


Article 31 :
Les membres du Bureau Exécutif National sont élus par le Congrès selon les modalités définies dans le Règlement Intérieur. Leur mandat est de quatre (4) ans.
Ils désignent en leur sein un responsable politique pour chaque région dont les attributions sont précisées par le Règlement Intérieur.

Article 32 :
Les règles de fonctionnement du Bureau Exécutif National et les attributions de ses membres sont définies par le Règlement Intérieur.
Des Commissions permanentes ou ad hoc peuvent être mises en place par le Bureau Exécutif National pour assister les secrétariats.

PARAGRAPHE 4 – LA COMMISSION DES COMPTES (CC)

Article 33 :

La Commission des Comptes est l’organe de contrôle et de vérification de la gestion financière et matérielle du Parti.

Article 34 :

La Commission des comptes est composée de TROIS (3) commissaires élus par le Congrès.

SECTION 3 : De l’organisation au niveau régional

Article 35 :

Au niveau région, la structure organisationnelle du MPN-MATASSA est la suivante :
une Section au niveau de chaque Région ;
une Sous Section au niveau de chaque Département, des Communautés Urbaines de Maradi, Tahoua et Zinder ; des Communes de Niamey et des Communes Chef lieu de région, les chefs lieu de Département et les anciens Postes Administratifs;
un comité de base au niveau de chaque Commune Urbaine ou Rurale, de chaque quartier de la Communauté Urbaine de Niamey et de regroupement de quartiers au niveau de villes Chefs lieux de région;
un ou plusieurs comités locaux par village administratif et par quartier en milieu urbain avec possibilité de créer des coordinations de sections ;

En cas de nécessité, le Bureau Exécutif National (CEN) peut créer de nouvelles structures sur la base de critères établis.

Article 36:

Le Congres Régional est l’instance suprême du MPN-MATASSA au niveau de la région. Il se réunit au moins une (1) fois l’an sous la Présidence du Président de la section.
Prennent part au conseil régional avec voix délibérative:
les membres du Bureau Régional ;
deux (2) représentants par Section
un (1) représentant par Sous Section;
un (1) représentant par comité de base ;

Prennent également part à titre de personnes ressources :

les membres du Comité Exécutif National résidant dans les régions;
les élus régionaux au titre du parti ;
les députés nationaux de la région au titre du Parti.

Article 37

Le Conseil Régional a pour mission :

- d’examiner et d’adopter les rapports d’activités et financier du Bureau Régional.

-         de définir les tâches pratiques d’application des décisions du Congrès;
- d’examiner les problèmes politiques, économiques et socio culturelles spécifiques à la région ;
- de faire des propositions au Congrès pour la solution des problèmes de la région s’ils sont de dimension nationale ;
- d’élire le Bureau régional et de mettre fin à son mandat ;
- de désigner les délégués de la région au Congrès ;
- de préparer les consultations électorales et définir une politique conséquente devant permettre d’atteindre les objectifs fixés.

La réunion du Conseil Régional qui prévoit à son ordre du jour le renouvellement du Bureau Régional, sera élargie à :

dix (10) délégués par Section et un (1) par Sous Section pour la Communauté Urbaine de Niamey ;
cinq (5) délégués par Section et un (1) délégué par Sous Section pour les autres régions ;
Elle sera présidée par un membre du Bureau Exécutif National (BEN).

Article 38

Chaque Région élit en son sein un bureau exécutif dénommé Bureau Régional qui comprend :

un Président ;
des Vices Présidents à raison d’un par Section;
un Secrétaire Général ;
un 1er Secrétaire Général Adjoint;
un Secrétaire à la communication ;
un Secrétaire Adjoint à la communication ;
un Secrétaire aux Affaires Juridiques ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Juridiques ;
un Secrétaire aux Elections ;
un 1er Secrétaire Adjoint aux Elections ;
un Secrétaire à la Sécurité ;
un Secrétaire Adjoint à la Sécurité ;
un Secrétaire aux Relations avec les autres Partis ;
un Secrétaire Adjoint aux Relations Extérieures et avec les autres Partis ;
un Secrétaire aux Affaires Culturelles et Sportives ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Culturelles et Sportives;
un Secrétaire à l’Organisation
un Secrétaire Adjoint à l’Organisation ;
un Secrétaire à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire Adjoint à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire aux Associations socioprofessionnelles ;
un Secrétaire Adjoint aux Associations socioprofessionnelles ;
un Secrétaire à la Jeunesse ;
un Secrétaire Adjoint à la Jeunesse ;
un Secrétaire aux Affaires Economiques ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Economiques ;
un Secrétaire aux Affaires Sociales et à la Solidarité ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Sociales et à la Solidarité ;
un Secrétaire au Développement Rural et à l’Environnement ;
un Secrétaire Adjoint au Développement Rural et à l’Environnement ;
un Secrétaire à la formation ;
un Secrétaire Adjoint à la formation;
un Secrétaire à l’éducation ;
un 1er Secrétaire Adjoint à l’éducation ;
un Secrétaire à la Mobilisation
un Secrétaire Adjoint à la Mobilisation
un Secrétaire chargé des droits de l’homme
un Secrétaire adjoint chargé des droits de l’homme
un Secrétaire aux relations avec le patronat
un Secrétaire adjoint aux relations avec le patronat
un Trésorier Général
un Trésorier Général Adjoint

Les Présidents des Sections sont d’office vices présidents du Bureau Régional.

Le Secrétariat à la Jeunesse est d’office assumé par le Président de l’ORM et son Adjoint par le SG de l’ORM au niveau de la Région.

Le Secrétariat à l’Emancipation de la Femme est d’office assumé par la Présidente de l’OFM et son Adjointe par la SG de l’OFM au niveau de la région.

Trois (3) commissaires aux comptes sont élus en dehors du bureau.

Le mandat du Bureau Régional couvre une période de quatre (4) ans et son renouvellement a lieu six (6) mois après les sessions ordinaires du Congrès.

Article 39: Le Bureau Régional a pour mission :

- d’assurer la mise en œuvre des décisions du Congrès en particulier l’exécution des mots d’ordre du Parti ;
- de coordonner les activités du Bureau Exécutif Fédéral et établir régulièrement des rapports sur le fonctionnement des Sections ;
- d’assurer la représentation du Parti au niveau de la Région et le suivi des problèmes politiques, économiques et culturelles de la Section ;
- d’assurer la formation civique et politique des militants.

Article 40 : Le Conseil de la Section est l’instance suprême au niveau de la Section.


Il se réunit tous les six (6) mois sous la présidence du Président de la Section. Prennent part au Conseil local la de Section avec voix délibérative :

les membres du bureau exécutif de la section (BES);
cinq (5) représentants par sous-section; dont 1 de l’ORM et 1 de l’OFM.

Prennent également part à titre de personnes ressources les élus locaux au titre du Parti.

Le Conseil de section ayant à son ordre du jour le renouvellement du Bureau de la Section est élargi à dix (10) délégués par sous-section au lieu de 5. Il est présidé par un membre de Bureau Exécutif National (BEN).

Article 41 :

Le Conseil de Section a pour mission :

- d’examiner et d’adopter les rapports d’activités et financier du BES ;
- de définir les tâches pratiques d’application des décisions du Congrès ;
- d’examiner les problèmes, économiques et socio culturels spécifiques à la sous région ;
- de coordonner les programmes d’activités des sous-sections ;
- d’élire le Bureau Exécutif de la Section parmi les participants et de mettre fin à son mandat selon les modalités définies dans le Règlement Intérieur.
- de donner l’impulsion nécessaire aux structures inférieures pour assurer le développement quantitatif et qualitatif du parti.
- de préparer les consultations électorales et définir une politique devant permettre d’atteindre les objectifs fixés.

Article 42:

Le Bureau Exécutif de la Section (BES) comprend :

un Président ;
un Secrétaire Général ;
un Secrétaire Général Adjoint;
un Secrétaire à la communication ;
un Secrétaire Adjoint à la communication ;
un Secrétaire aux Affaires Juridiques et aux droits de l’homme ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Juridiques et aux droits de l’homme ;
un Secrétaire aux Elections ;
un Secrétaire Adjoint aux Elections ;
un secrétaire à la Sécurité ;
un secrétaire Adjoint à la Sécurité ;
un secrétaire aux Relations avec les autres Partis ;
un secrétaire Adjoint aux Relations avec les autres Partis ;
un secrétaire aux Affaires Culturelles et Sportives;
un secrétaire Adjoint aux Affaires Culturelles et Sportives;
un secrétaire à l’Organisation
un secrétaire Adjoint à l’Organisation ;
un secrétaire à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un secrétaire Adjoint à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire aux Associations socioprofessionnelles ;
un secrétaire Adjoint aux Associations socioprofessionnelles ;
un secrétaire à la Jeunesse ;
un secrétaire Adjoint à la Jeunesse ;
un secrétaire aux Affaires Economiques ;
un secrétaire Adjoint aux Affaires Economiques ;
un secrétaire aux Affaires Sociales et à la Solidarité;
un secrétaire Adjoint aux Affaires Sociales et à la Solidarité;
un secrétaire au Développement Rural et à l’Environnement ;
un secrétaire Adjoint au Développement Rural et à l’Environnement
un secrétaire à la formation ;
un secrétaire Adjoint à la formation ;
un Secrétaire à l’éducation ;
un Secrétaire Adjoint à l’éducation ;
un secrétaire à la Mobilisation ;
un secrétaire Adjoint à la Mobilisation ;
un Trésorier Général;
un Trésorier Général Adjoint ;

Le Secrétariat à la Jeunesse est d’office assumé par le Président de l’ORM et son Adjoint par le SG de l’ORM au niveau de la Section.

Le Secrétariat à l’Emancipation de la Femme est d’office assumé par la Présidente de l’OFM et son Adjointe par la SG de l’OFM au niveau de la section.

Trois commissaires aux comptes sont également élus en dehors du bureau.

Le mandat du BES couvre une période de quatre (4) ans et son renouvellement à lieu six (6) mois après les sessions ordinaires du congrès.

Article 43: Le BES a pour mission :

- d’assurer la mise en œuvre des décisions du Congrès et en particulier l’exécution des mots d’ordre du Parti ;
- de coordonner les activités des Secteurs et établir régulièrement des rapports sur le fonctionnement des Secteurs ;
- d’assurer la représentation du Parti au niveau départemental et communal et le suivi des problèmes politiques, économiques et culturelles de la Sous Section ;
- d’assurer la formation civique et politique des militants.

Article 44:

Le Conseil de la Sous – Section est l’instance suprême au niveau de la sous-section. Il se réunit tous les six (6) mois sous la Présidence du Président de la Sous-Section. Prennent part au Conseil Local :

les membres du Bureau de la Sous-section (BESS),
Cinq (5) représentants par Secteur en milieu rural et District en milieu urbain ; dont un(1) de l’ORM et un (1) de l’OFM.

Article 45

Le Conseil de la sous-section a pour mission :

- d’examiner et adopter les rapports d’activités et financier du BESS;
- de faire le bilan de l’exécution du programme d’activités de la sous-section et de l’application des mots d’ordre et des décisions ;
- de constater l’adhésion des nouveaux militants ;
- d’œuvrer à la résolution des problèmes spécifiques des Secteurs et Districts;
- d’examiner les problèmes politiques économiques et culturelles de la Commune;
- d’élire le bureau de la sous-section parmi les participants et mettre fin à son mandat selon les modalités définies dans le Règlement Intérieur.
- de préparer les consultations électorales et définir, une politique conséquente devant permettre d’atteindre les objectifs fixés.

Article 46:

Le Bureau Exécutif de la sous-section (BESS) comprend :

un Président ;
un Secrétaire Général ;
un Secrétaire Général Adjoint;
un Secrétaire à la communication ;
un Secrétaire Adjoint à la communication ;
un Secrétaire aux Affaires Juridiques et aux droits de l’homme ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Juridiques aux des droits de l’homme ;
un Secrétaire aux Elections ;
un Secrétaire Adjoint aux Elections ;
un Secrétaire à la Sécurité ;
un secrétaire Adjoint à la Sécurité ;
un secrétaire aux Relations avec les autres Partis ;
un secrétaire Adjoint aux Relations avec les autres Partis ;
un secrétaire aux Affaires Culturelles et Sportives ;
un secrétaire Adjoint aux Affaires Culturelles et Sportives ;
un secrétaire à l’Organisation
un secrétaire Adjoint à l’Organisation ;
un secrétaire à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un secrétaire Adjoint à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire aux Associations socioprofessionnelles ;
un secrétaire Adjoint aux Associations socioprofessionnelles ;
un secrétaire à la Jeunesse ;
un secrétaire Adjoint à la Jeunesse ;
un secrétaire aux Affaires Economiques ;
un secrétaire Adjoint aux Affaires Economiques ;
un secrétaire aux affaires Sociales et à la Solidarité;
un secrétaire Adjoint aux Affaires Sociales et à la Solidarité;
un secrétaire au Développement Rural et à l’Environnement ;
un secrétaire Adjoint au Développement Rural et à l’Environnement ;
un secrétaire à la formation et à l’éducation ;
un secrétaire Adjoint à la formation et à l’éducation ;
un Secrétaire à l’éducation ;
un Secrétaire Adjoint à l’éducation ;
un secrétaire à la Mobilisation ;
un secrétaire Adjoint à la Mobilisation ;
un Trésorier Général;
un Trésorier Général Adjoint ;

Le Secrétariat à la Jeunesse est d’office assumé par le Président de l’ORM et son Adjoint par le SG de l’ORM au niveau de la Sous section.

Le Secrétariat à l’Emancipation de la Femme est d’office assumé par la Présidente de l’OFM et son Adjointe par la SG de l’OFM au niveau de la sous section.

Trois (3) commissaires aux comptes sont également élus en dehors du bureau.

Le mandat du BESS couvre une période de quatre (4) ans et son renouvellement à lieu six (6) mois après les sessions ordinaires du congrès.

Article 47 : Le BESS a pour mission :

- d’assurer la mise en œuvre des décisions du Congrès et en particulier l’exécution des mots d’ordre du Parti ;
- de coordonner les activités des comités de base et établir régulièrement des rapports sur le fonctionnement des comités de base ;
- d’assurer la représentation du Parti au niveau de la Commune et le suivi des problèmes politiques, économiques et culturelles de la Sous Section ;
- d’assurer la formation civique et politique des militants.

Article 48:

L’Assemblée Générale du comité de base est l’instance suprême au niveau de chaque coordination de comité de base.

Il se réunit tous les mois sous la présidence du Président du BECB.

Prennent part à l’Assemblée Générale du Comité de base :

Tous les militants du comité de base
Les membres du Bureau Exécutif du Comité de Base (BECB)

Article 49 :

L’Assemblée Générale de Comité de base a pour mission :
- D’examiner et d’adopter les rapports d’activité et financier du Bureau Exécutif du comité de base;
- De constater d’adhésion de nouveaux militants
- D’œuvrer à la résolution des problèmes spécifiques du comité de base ;
- D’élire tous les quatre (4) ans le Bureau Exécutif du comité de base parmi les participants et mettre fin à son mandat selon les modalités définies dans le Règlement Intérieur ;

Article 50 :

Le Bureau Exécutif du comité de base (BECB) comprend :

un Président ;
un Secrétaire Général ;
un Secrétaire Général Adjoint;
un Secrétaire à la communication ;
un Secrétaire Adjoint à la communication ;
un Secrétaire aux Affaires Juridiques et aux droits de l’homme ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Juridiques aux des droits de l’homme ;
un Secrétaire aux Associations socioprofessionnelles ;
un Secrétaire Adjoint aux Associations socioprofessionnelles ;
un secrétaire aux Elections ;
un secrétaire Adjoint aux Elections ;
un Secrétaire à la Sécurité ;
un Secrétaire Adjoint à la Sécurité ;
un Secrétaire aux Relations avec les autres Partis ;
un Secrétaire Adjoint aux Relations avec les autres Partis ;
un Secrétaire aux Affaires Culturelles et Sportives ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Culturelles et Sportives ;
un Secrétaire à l’Organisation
un Secrétaire Adjoint à l’Organisation ;
un Secrétaire à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire Adjoint à l’Emancipation de la femme et à l’Enfance ;
un Secrétaire à la Jeunesse ;
un Secrétaire Adjoint à la Jeunesse ;
un Secrétaire aux Affaires Economiques ;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Economiques ;
un Secrétaire aux affaires Sociales et à la Solidarité;
un Secrétaire Adjoint aux Affaires Sociales et à la Solidarité;
un Secrétaire au Développement Rural et à l’Environnement ;
un Secrétaire Adjoint au Développement Rural et à l’Environnement ;
un Secrétaire à la formation;
un Secrétaire Adjoint à la formation;
un Secrétaire à l’éducation ;
un Secrétaire Adjoint à l’éducation ;
un Secrétaire à la Mobilisation ;
un Secrétaire Adjoint à la Mobilisation ;
un Trésorier Général;
un Trésorier Général Adjoint ;

Le Secrétariat à la Jeunesse est d’office assumé par le Président de l’ORM et son Adjoint par le SG de l’OJM au niveau du District.

Le Secrétariat à l’Emancipation de la Femme est d’office assumé par la Présidente de l’OFM et son Adjointe par la SG de l’OFM au niveau du District.

Deux (2) commissaires aux comptes sont également élus en dehors du bureau. Le mandat du BED couvre une période de quatre (4) ans et son renouvellement a lieu six (6) mois après les sessions ordinaires du congrès.

Article 51:

Le Bureau de la sous section a pour mission :

- d’assurer la mise en œuvre des décisions du Congrès ;
- d’animer la vie du Partie ;
- de recruter des militants ;
- d’assurer la formation civique et politique des militants ;
- de suivre l’inscription des militants et sympathisants sur les listes électorales.

Article 52 :

Les coordinations des sous sections auront le même schéma de structuration que les Sous – Section.

SECTION IV : Des Organisations de Masse

Article 53 :

Il est créé au sein du MPN-MATASSA deux Organisations de masse :

l’Organisation de la Relève MATASSA (ORM) ;
l’Organisation des Femmes MATASSA (OFM).

Article 54 :

Les Organisations de masses du MPN-MATASSA sont structurées selon le même schéma que l’Organisation du Parti :

une Organisation au niveau national ;
une Section au niveau de chaque Région et de Communauté Urbaine de Niamey ;
une Sous section au niveau de chaque Département ,Communes de Niamey et des autres Communautés Urbaines ;
un comité de base au niveau de chaque Commune Urbaine ou rurale et des quartiers de la Communauté urbaine de Niamey ;
un comité local par village administratif en milieu rural et par quartier en milieu urbain;
et en cas de besoin, une coordination de comités de base.

SECTION V : de l’organisation au niveau extérieur

Article 55:

Les Nigériens résidant à l’étranger peuvent se constituer en comité de base, Sous-section et en Section par pays. Les Sections de l’extérieur sont représentées au Congrès avec voix délibérative. Les autres structures peuvent se faire représenter au Congrès sans voix délibérative. Les modalités de constitution des structures à l’extérieur sont définies par le Règlement Intérieur.

TITRE IV – Des ressources

Article 56

Les ressources du MPN-MATASSA sont constituées :

- des droits d’adhésion
- des cotisations ;
- des produits des manifestations et activités diverses ;
- des recettes de la vente des publications ;
- des dons et legs ;
- des souscriptions volontaires ;
- des subventions de l’Etat.

Article 57 :

Les ressources du Parti font l’objet d’une répartition entre les différents organes. Les modalités de la répartition et de l’utilisation de ces ressources sont fixées dans le Règlement Intérieur. Les taux des cotisations sont déterminés par le Bureau Exécutif National. En cas de nécessité le Bureau Exécutif National peut fixer des taux provisoires en attendant la tenue du Congres.

Article 58:

Le Président du MPN – MATASSA est l’Ordonnateur des recettes et des dépenses. Il peut désigner des ordonnateurs délégués dans les conditions définies par le Règlement Intérieur. Le règlement Intérieur et le règlement Financier Précisent également les procédures de gestion des biens du Parti.

Article 59:

L’acceptation des dons et legs d’origine extérieure au Parti relève du Bureau Exécutif National.

Article 60: L’année budgétaire du Parti est l’année civile.

TITRE V – de l’information et de la presse.

Article 61:

Le MPN-MATASSA dispose d’un organe d’information et de propagande dont le nom est MATASSA. Le Parti peut également procéder à toute autre publication qu’il jugera utile.

TITRE VI – de la dissolution
Article 62:

Le MPN-MATASSA ne peut être dissout que par un Congrès convoqué à cet effet. La question de dissolution doit être formulée et motivée par une demande écrite, signée par au moins les deux tiers (2/3) des Fédérations dûment mandatées par les deux tiers (2/3) des sections et examinée par le Bureau Exécutif National.

La résolution de dissolution est adoptée à la majorité des deux tiers (2/3) de l’ensemble des délégués.

Article 63:

En cas de dissolution, les biens du MPN-MATASSA, après paiement des dettes, sont affectés à une organisation politique ayant les mêmes objectifs ; à défaut, à une œuvre de bienfaisance désignée par le Congrès.

TITRE VII – des dispositions transitoires

Article 64:

Les organes des structures prévus à l’Article 35 des présents Statuts sont maintenus en place jusqu’en Janvier 2009 le délai de six (6) mois prévus aux Articles 38,42,46,50 commencent à courir à compter du 1er Février 2009.

TITRE VIII – des dispositions finales et diverses.

Article 65:

Le règlement Intérieur précise les modalités d’application des présents Statuts. Toute question soulevée au sujet de l’interprétation des présents Statuts est référée au Bureau Exécutif National et examinée par lui seul.

Article 66 : Les présents Statuts ne peuvent être modifiés ou révisés que par le Congrès.

La décision de modification des présents Statuts est acquise à la majorité de deux tiers (2/3).

Publié dans | Pas de Commentaires »

Conférence de presse du président du Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-Matassa)

Posté par Issoufou le 23 août 2008

sandamaiga.jpg“Nous ne sommes pas des extraterrestres, mais nous allons démontrer que nous sommes différents des autres… », déclare M. Abdoulaye Sanda Maïga…

Au lendemain de l’entrée sur la scène politique de son parti, le président du tout nouveau parti politique Mouvement des Patriotes Nigériens (MPN-Matassa) a animé une conférence de presse, dimanche dernier à la Maison des Jeunes et de la Culture Diado Sékou de Niamey. A cette occasion, M. Abdoulaye Sanda Maïga a exposé les idées qui soutendent la création de ce parti ainsi que les grandes lignes de son programme politique.

Parti se réclamant une émanation de la jeunesse, le MPNMatassa est né de l’ambition que nourrissent ses responsables : celle d’insuffler un souffle nouveau à la politique au Niger.  » Nous sommes fatigués de voir les mêmes visages nous diriger depuis plusieurs décennies.

Il est temps que les jeunes prennent effectivement part sinon prennent définitivement la gestion des affaires publiques « , a déclaré le président du MPNMatassa. Car, a-t-il ajouté, tous les Nigériens ont le droit de faire la politique. Cette conviction, a-t-il estimé, est d’autant plus fondée que la jeunesse, qui est une véritable mine de compétences, est mise à l’écart. S’expliquant sur le choix de la devise de leur parti qui est  »justice, développement et transparence », M. Abdoulaye Sanda Maïga a dit qu’on a encore beaucoup à faire pour l’instauration d’une véritable justice dans notre pays. Idem pour ce qui est du développement et la transparence. Quant aux couleurs et symboles du parti, elles s’explique comme suit,  »le blanc symbole la lumière et la girafe parce que c’est un animal rare ; cela pour dire que la jeunesse est comme un rescapé de la gestion de nos gouvernants », a indiqué M. Abdoulaye Sanda Maïga. Le président du MPN a par clairement annoncé que son parti n’est apparenté ni à la mouvance au pouvoir ni à l’opposition. Un choix que M. Abdoulaye Sanda Maïga justifie par le fait  »que la plupart des partis partent dans la mouvance juste avoir des postes et conséquemment se remplir les poches. Quant à l’opposition, elle n’existe tout simplement plus ». En fait, selon lui, le voeu le plus ardent du MPN est  »de conscientiser la jeunesse » pour l’a mener à défendre effectivement de ses droits. A propos, le président du MPN-Matassa a donné l’exemple des femmes qui se sont battues pour avoir un certain quota dans la répartition des postes électifs et administratifs.  » Le MPN-Matassa mènera un combat pour une révolution démocratique « , a-t-il souligné.  » On doit avoir du sang neuf et de nouveaux visages sur l’échiquier politique national « , a déclaré le président MPN-Matassa. M. Abdoulaye Sanda Maïga a fustigé au passage l’absence du sens de patriotisme qui caractérise certains hommes politiques. Aussi, prône-t-il un changement de comportement. Le président du MPNMatassa a en outre abordé plusieurs questions relatives à la vie nationale. La question de l’insécurité dans le nord, la gestion des fonds publics et la question de l’école. Il a condamné le principe de l’usage des armes contre son propre pays, tout comme il a plaidé en faveur de l’instauration des règles de transparence dans la gestion des biens publics et dans la lutte contre l’impunité. Sur toutes ces questions, le président du MPN-Matassa a déclaré  »nous sommes pas des extra-terrestres, mais nous allons démontrer que nous sommes différents des autres hommes politiques ».

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

12
 

DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cap sur l'avenir, le blog
| La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues