• Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

Le président du MPN Matassa s’exprime à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse africaine: Abdoulaye Sanda Maïga prône le changement

Posté par Issoufou le 5 janvier 2009

Le président du parti MPN Matassa, Abdoulaye Sanda Maïga fait partie des leaders les plus jeunes de notre pays. Entrepreneur plein d’initiatives, le nouveau venu dans l’arène politique nigérien se montre très virulent. Il propose le changement.

 

Question :Vous êtes le président du parti nigérien MPN Matassa dit parti de la jeunesse. Comment avezvous fêté le 1er novembre, journée africaine de la jeunesse ?

 

Aboulaye Maïga:Au niveau du MPN Matassa nous n’avons pas fait d’activités proprement dites. Mais nous disons que cette journée du 1er novembre est venue à point nommé, surtout dans cette période de changement qui souffle à travers le monde entier, mais qui ne souffle pas au Niger. Nous souhaitons vivement le changement pour notre pays surtout qu’en 2009, ce sera les échéances électorales. Faire un changement, sous entend qu’il faut le faire avec la jeunesse, parce que cette dernière souffre de plusieurs mots que nous tenons a citer ici les plus importants : d’abord le manque d’emplois, ensuite le manque d’insertion au niveau de l’appareil politique. A ce niveau, nous pouvons dire que c’est de « l’apartheid » sur le plan de l’âge qu’on fait à la jeunesse. Enfin, il y a un manque d’intérêt pour la jeunesse et une banalisation, une infantilisation de la jeunesse nigérienne. Chez nous, il faut avoir 60 ou 70 ans pour espérer président de la république ou ministre parce qu’on pense que c’est à cet âge que l’homme a acquis suffisamment d’expérience.

 

Question : Vous avez une alternative pour le jeunesse nigérienne ?

 

Réponse : la seule alternative pour la jeunesse au Niger est qu’à partir de 2009 elle puisse participer aux décisions qui seront prises au niveau politique. Autrement dit, il faut que la jeunesse soit le fer de lance de toutes les décisions au Niger, pas qu’on les associe entant que personnes ressources, mais en tant que vrais acteurs. En tant que jeunes, nous avions longtemps été spectateurs. Il est temps que les choses changent.

 

Question : Quelle conception avezvous de la révolution au niveau du MPN Matassa?

 

Réponse : nous pensons que nous devons faire de la révolution dans la démocratie. Nous ne sommes pas un parti révolutionnaire en tant que tel dans la conception de la révolution tel que le faisaient comme Ché Guévara ou le président Fidel Castro. Nous sommes d’accord avec la démocratie ; nous sommes des démocrates. Seulement, c’est dans cette démocratie que nous voulons faire de la révolution. Nous entendons contribuer à un changement radical de personnes et de système. Comme le disait un grand homme, « si vous affrontez les défis de demain avec les méthodes d’hier, vous avez les problèmes d’aujourd’hui ». Au Niger, nous avons certains problèmes qui persistent parce que ce sont les mêmes personnes qui nous gèrent depuis 1960. Ces gens n’ont pas la nouvelle conception du 21ème siècle, un siècle qui est là avec ses problèmes particuliers. Par conséquent ils ne peuvent plus rien gérer.

 

Question : Vous avez un appel à l’endroit de la jeunesse ?

 

Réponse : Notre appel va à l’endroit de tous les nigériens car s’il y’a changement, ça concernera tout le monde. Au fait, ce que nous appellons Matasa ce n’est même pas tout à fait la jeunesse. C’est un terme Hausa employé pour qualifier ce qui est montant. Un vieux qui n’a pas fait beaucoup de choses il y a 10 ans ou 20 ans et qui aujourd’hui commence à monter peut aussi être ap- Le président du MPN Matassa s’exprime à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse africaine Abdoulaye Sanda Maïga prône le changement Le président du parti MPN Matassa, Abdoulaye Sanda Maïga fait partie des leaders les plus jeunes de notre pays. Entrepreneur plein d’initiatives, le nouveau venu dans l’arène politique nigérien se montre très virulent. Il propose le changement. pelé Matasa. La preuve, c’est que nous n’avons pas que des jeunes dans notre pays. (Le président de notre section de Gaya a 65 ans). Pour conclure je dirais que la jeunesse doit se battre car elle a aussi sa part de responsabilité dans la vie de la nation.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cap sur l'avenir, le blog
| La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues